Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Surefficience mentale, HP, zèbre, TCA, alcool et baclo

Et si ça parlait de vous?
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 12 Aout 2017, 4:25

Reprise du dernier message

En relisant ce que tu avais écrit, RoseD, je vois, reposée et détendue, qu'il n'y avait rien d'agressif. Cela faisait longtemps que ce décalage de ressentis ne m'était pas arrivé mais il suffit que je sois très fatiguée pour que les mauvaises habitudes reviennent. Je tiens à m'en excuser.

Ces derniers temps, je prends en pleine face, l'inaction des soignants sur le sujet (identification HP, quelques mois de thérapies et quasiment plus de médicaments pour la plupart) mais je n'ai pas vocation ni la volonté de confirmer la moindre zébritude. Seul un thérapeute spécialisé peut le faire. Devant les autres soignants,nous avons besoin d' être un peu plus "campé" et instruit sur le sujet, si on a un doute,tant le réflexe de ceux ci est de trouver une pathologie et de balayer la question en quelques secondes (ce qui peut faire totalement reculer une personne concernée).

Mon MG (qui n'avait jamais entendu parler du mot douance ni celui de zèbre et qui ne m'a vu que deux fois) voulait me recoller un AD la semaine dernière parce qu'il ne comprenait pas que je lui dise que j'étais sortie d'affaire.Il pensait que le baclo (qu'il ne voit pas d'un très bon oeil) me jouait des tours.

Cela fait plusieurs années qu'il y a des campagnes d'information au sein du corps médical,sur les HP non détectés et la détresse qu'ils peuvent rencontrer, je trouve cela affligeant.

Cette fameuse barre de 130 de QI, en France, n'aide en rien. Les idées reçues sur le sujet et sur les tests sont énormes.

Monique de Kermadec dans Psychologies


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Florence...
  • Age : 55 ans
  • Messages : 6506
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 12 Aout 2017, 5:38
"le réflexe de trouver une pathologie" ou au contraire de dire que tout le monde est concerné à l'instar des horoscopes si bien conçus que de quelque manière que ce soit, on se retrouve dans les propos tenus.
Message édité 3 fois, dernière édition par Florence..., 12 Aout 2017, 5:48  

Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry
Que fais-tu là ? Je bois. Pourquoi bois-tu ? Pour oublier. Pour oublier quoi ? Pour oublier que j’ai honte. Honte de quoi ? Honte de boire !
Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans condition et la retire sans sommation.

 
Avatar de PascAlbéric
  • Age : 59 ans
  • Messages : 9189
  • Inscrit : 19 Novembre 2011
  Lien vers ce message 12 Aout 2017, 6:29
Bonjour Calista,

J'ai découvert ce fil par hasard car il a été mentionné dans un post (je ne passe pas souvent par l'accueil du Forum où toutes les dernières interventions y figurent).

Tu crois voir en ma personne un zèbre, probablement parce que certains critères sont très marqués chez moi.
Merci de les avoir mis noir sur blanc, j'ai ainsi pu faire le compte.
Certains (peu) sont mitigés, comme celui du « sentiment de vie gâchée ou inaccomplie ». Je t'ai fait part en privé de certaines occasions ratées à cause de mon éducation judéo-chrétienne, et de regrets sur la qualité de mon parcours scolaire. Mais pas au point de ce sentiment là.
J'ai appliqué pour ces critères une balance pour passer en oui ou non.

Résultat : 6 oui sur 19, soit 32 %. Je joins un tableau Excel et Open Calc (moins beau) avec le détail. Chacun ici peut l'utiliser pour soi-même et on peut y insérer en bas de nouveaux critères (entre ceux existants et le score)


Bien à toi,
Pascal

Message édité 1 fois, dernière édition par PascAlbéric, 12 Aout 2017, 6:29  

17-04-29 salon.baclofene.info Comment prendre le baclo ?
http://www.baclofene.com/index.php?p=download&nocount&id=9847
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 12 Aout 2017, 7:05
Merci Pascal,

Je vais remplacer les cases par de vrais critères (et non des caractéristiques lues deci-delà quand le trouble a été jusque l'addiction.

"le réflexe de trouver une pathologie" ou au contraire de dire que tout le monde est concerné à l'instar des horoscopes si bien conçus que de quelque manière que ce soit, on se retrouve dans les propos tenus.


Oui Flo, je suis sortie de cette impression 'd'horoscope" quand j'ai entendu des médecins ou des psys dire et expliquer qu'un cerveau classique ne fonctionne pas comme cela.


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Sam70
  • Age : 47 ans
  • Messages : 286
  • Inscrit : 29 Mars 2012
  Lien vers ce message 12 Aout 2017, 14:46
Pour préciser mon dernier post, certainement mal compris car mal exprimé = "Ça ne suffit pas à confirmer la zébritude... Pas plus que les autres ressentis, complexes, difficultés ou facilités. Ça peut questionner, tout au plus."

Ce n'est pas parce que l'on a mal à l'estomac que l'on a un ulcère. Même chose pour la différence. Se retrouver dans la liste de tous ces ressentis difficiles ne constitue pas un diagnostic recevable. Tant d'accidents de la vie, de saccages infantiles précoces (Claude Orsel http://associationlabbaye.fr/P...e-infantile.pdf ), d'environnements anxiogènes ou nocifs, de blessures ou de simples faiblesses psychologiques ainsi que d'autres formes de différences peuvent conduire à ce mal être et à vivre recroquevillé sur soi. Pour les comprendre et les accepter il faut les diagnostiquer avec un professionnel. Et pour la différence "classique" il n'y a à ce jour que le wais IV - quoi qu'il soit très imparfait car ne couvre qu'une petite partie des intelligences humaines. C'est ce qui en constitue sa limite.
Mais s'auto-diagnostiquer est difficile. Et ce, quelle que soit la pathologie, le syndrome ou les ressentis. Sauf à être un professionnel de son état devenu pathologique et avoir toute sa lucidité cartésienne.
C'est pourquoi je suis 100% convaincu de l'intérêt d'un accompagnement psychologique lorsque l'on entame le baclofène. Car à la différence des abstinents ou de ceux qui suivent d'autres traitements (sois-disant) réducteurs de craving, nous les indifférents nous ne nous battons plus contre notre addiction. Nous sommes redevenus libres, avec notre propre libre arbitre et en mesure d'objectiver notre relation avec l'alcool. Pour un/une psychologue, nous sommes des sujets nouveaux avec lesquels ils peuvent travailler efficacement, aptes à la vérité sans déni, en recherche de compréhension, capables de réflexion, d'introspection, de remise en cause.
Bien sur il y a une concentration beaucoup plus forte de différents dans les addictions. Logique. Mais cette maladie est pour nous tous synonyme de mal être. Alors "différent" ou pas, finalement ce qui compte, c'est comprendre le pourquoi, le comment et, au delà de notre conscient forcément censuré, en partie refoulé et amnésique. De mettre des mots sur ses maux, "de panser et penser sa vie" (Philippe Jaury).

Et pour être complet, i y a enfin les différents dont on ne parle jamais, ceux qui le vivent bien. Nicolas Gauvrit les décrit dans son livre "Les surdoués ordinaires". Ces gamins diagnostiqués tôt et bien accompagnés dans l'expression et l’épanouissement de leurs différences développent une vie d'enfant, d'ado et d'adulte riche et passionnante. Ce n'est pas héréditaire mais la prévalence d'enfants zèbres issus de parent(s) zèbre(s) est forte. Et là nous avons une double responsabilité envers nos gosses = leur expliquer notre ancienne maladie et leur expliquer leur différence pour leur donner toutes les chances que nous n'avons pas eu.

Calista, ton fil est précieux à plus d'un titre. Ta réaction épidermique m'a fait sourire. J'avais tenté en 2012 d'introduire ce sujet sensible mais bien maladroitement, certainement trop brutalement. Ça m'avait attiré les railleries de quelques "camarades de promo" et Sylvie a amicalement archivé mon fil (j'ai encore cette tendance à être trop brut mais je me soigne ;-). C'est une réalité, une complexité additionnelle que nous avons besoin de partager. Ce sont aussi des difficultés que nous vivons tous +/- et que le baclo ne peut traiter seul.

Alors à nos états d'âmes et à nos souhaits,
Portons nous bien

PS : si tu ne m'en veux pas trop, je t'invite à répondre à cette enquête -> Enquête solidarité 1 - Le point de bascule


http://www.o-ameisen.org/
https://twitter.com/O_Ameisen_assoc
contact@o-ameisen.org
 
Avatar de Florence...
  • Age : 55 ans
  • Messages : 6506
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 12 Aout 2017, 15:10
Juste une petite nuance quznt à la détection de ces fameux zèbres...
Le flair des zèbres certifiés pour ses congénères.
Ça n'a rien d'une valeur sûre, mais c'est un indice et parfois un point de départ.

Perso, dans une même semaine et par mails, on m'a invitée à me pencher sur la question.
Ces deux invitations provenaient de deux zèbres qui ne se connaissaient pas et dint l'objet du mail était une réponse à quelque chose qui n'avait strictement rien à voir avec la zébritude.

Par ailleurs, j'ai fréquenté l'une à partir des bancs du lycée et pendant environ 10 ans.
Perdue de vue pendant 30 ans et retrouvée par hasard.
J'ai connu l'autre dans les années 2000, virtuellement par le biais de mon blog auquel elle était assidue.
Nous nous sommes rencontrées IRL par la suite alors que ni l'une ni l'autre n'avions entendu parler de zébritude.

Lorsque la première m'a parlé du bouquin sur le sujet, je n'y ai même pas prêté attention.
Je me suis juste demandée, tiens, pourquoi me parle-t-il de ce livre.
Et ce n'est pas allé plus loin.
C'est lorsque j'ai reçu, quelques jours plus tard, le mail de l'autre personne que ça ma mis la puce à l'oreille.

Mais bon !
Je dis bien, une simple indication ou un point de départ.
Et c'est, je pense, ce que Calista essaie de faire ici : mettre des ouces à l'oreille de ceux dont elle suppose que...
N'hésite pas à me reprendre si je me trompe Calista.


Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry
Que fais-tu là ? Je bois. Pourquoi bois-tu ? Pour oublier. Pour oublier quoi ? Pour oublier que j’ai honte. Honte de quoi ? Honte de boire !
Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans condition et la retire sans sommation.

 
Avatar de Lointain yann
  • Age : 43 ans
  • Messages : 1458
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 12 Aout 2017, 19:45
Perso, j'ai bien du mal à comprendre ce qu'est la zébritude et qui est concerné ou non.


Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 5 prises de 40 et 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/201. Adhésion faite.
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 12 Aout 2017, 21:18
Perso, j'ai bien du mal à comprendre ce qu'est la zébritude et qui est concerné ou non.


C'est bien le problème, il y a énormément de profils différents de personnes présentant ce fonctionnement cérébral différent.

Cela dépend beaucoup de l'environnement, de la place qu'à pu accorder la personne à cette différence (surtout pendant l'enfance).

Il a le site Rayures et Ratures qui est bien foutu pour aborder le sujet, pour comprendre les aspects principaux. L'hypersensibilité, l'hyperlucidité,l'hyperesthésie, le déficit de l'inhibition latente, le faux self, le déni des capacités (dans certains cas). Des iées générales qui permettent de comprendre certaines réactions, certaines angoisses ou phobies...



Mais bon !
Je dis bien, une simple indication ou un point de départ.
Et c'est, je pense, ce que Calista essaie de faire ici : mettre des ouces à l'oreille de ceux dont elle suppose que...
N'hésite pas à me reprendre si je me trompe Calista.


Tu ne te trompes pas, Flo.

Je viens avec mes gros sabots parce que j'ai transposé ce que j'ai vécu à 'autres (bien avant de connaître le mot douance et savoir que ce mot allait me guérir).Je viens surtout avec mes gros sabots, car nous nous retrouvons à un moment de notre vie où ous avons mis nos activités et/ou nos relations sur un mode très ralenti, à l'abri des regards nouveaux, nous sommes arrivés à un point où nous sommes, pour beaucoup, revenus de nos attentes des thérapies. Il n'y a qu'un mini filet de chance que ce diagnostic tombe sur le coin du nez de celui qui serait concerné (et bien caché).

Sam, merci beaucoup pour ton message très important.
<merci également pour le partage du documents sur les accidents de la vie et les saccages infantiles précoces.
C'est fondamental dans le travail d'approche sur le sujet. Ca fait beaucoup dans le travail de "guérison" de savoir qu'on aurait rien pu faire, qu'on n' était pas responsable. C'est le début de la déculpabilisation et ça ne fait que commencer. Karo en parle très bien sur son fil.

Je répondrai à ton enquête dans la semaine, je suis en train de lire ce fil passionnant.


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1851
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 22 Aout 2017, 21:28
1. Je vais me faire tester (j'ai besoin d'un chiffre pour confirmer _ou infirmer)
2. Si douance il y a, elle ne me rend pas la vie plus simple (mais tous les "gifted" diront pareillement)
3. Je suis bien consciente que je réponds à la plupart des critères, mais cela peut-il suffire?
4. J'ai 39 ans. Ma vie n'est pas foutue. Mais elle est grandement entamée.
Je n'ai presque pas travaillé de toute ma vie, je n'ai pas fini mes études, je vis en ermite, je n'ai pas de compétence ni de savoir-faire...

5. Je dois faire le test

6. Je suis fatiguée

7. Demain il fera jour


Adhérez! Pour que d'autres se libèrent de leur addiction et pour que vive l'association.

Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement.Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1851
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 22 Aout 2017, 21:53
Ik serait sain (et même salvateur) d'être en colère.
La seule personne qui m'inspire de la colère, c'est moi...

Edit:
Je suis cérébro-lésée.
Je voudrais bien laisser ce détail de côté, mais il se rappelle à moi sans cesse.
Je me trouve ralentie, mais il semblerait que je suis seule à le penser (j'interroge mon entourage sans complexe aucun, et personne n'abonde dans mon sens!)
Ma mémoire est défaillante, et pourtant je mémorise des choses, incongrues pour certains

Moi je ...

Edit 2:
Je dors peu!
5 à 7 heures par nuit (au lieu de 9 heures). Je me sens fatiguée. Je me réveille avec une sale sensation de manque de sommeil.
Et pourtant je n'ai pas envie de dormir en journée... Alors?

Edit 3:
Comment arrêter cette machinerie?
Message édité 3 fois, dernière édition par Karo, 22 Aout 2017, 23:26  

Adhérez! Pour que d'autres se libèrent de leur addiction et pour que vive l'association.

Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement.Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de martha
  • Messages : 6142
  • Inscrit : 05 Mai 2012
  Lien vers ce message 23 Aout 2017, 13:15
KARO,

petit lynx à la patte engourdie :fsb2_smile:

mémoire défaillante ou mémoire sélective ?
peut être aussi un peu ralentie cause baclo

sinon fais toi tester,
tu présentes quand même un certain nombre d'indices
qui vont dans le sens de la différence nommée "haut potentiel"

en ce qui concerne ta lésion cérébrale, je suppose que
tu as développé une compensation réflexe et que ça ne devrait
plus jouer, ou peu sur tes réactions

vivre en ermite...ce n'est peut être pas l'idéal, mais je te comprends

tu es dans un dynamique de changement, et chaque chose en son temps

bises
 
Avatar de Lointain yann
  • Age : 43 ans
  • Messages : 1458
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 08 Septembre 2017, 2:56
S'il y a au moins une chose dont les Douanceux se pensent dispensées, c'est le respect.

Mais, il est vrai que leur Différence, explique cela. Amen.

C'est cool, donc.

Pour les autres, ben...rien. Respect ? Hein ?

Yann.
Message édité 2 fois, dernière édition par Lointain yann, 08 Septembre 2017, 3:00  

Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 5 prises de 40 et 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/201. Adhésion faite.
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 08 Septembre 2017, 10:55
S'il y a au moins une chose dont les Douanceux se pensent dispensées, c'est le respect.

Mais, il est vrai que leur Différence, explique cela. Amen.

C'est cool, donc.

Pour les autres, ben...rien. Respect ? Hein ?

Yann.


Cher Yann,

Je ne comprends pas ton message même si je peux comprendre ton ressenti pour l'avoir déjà vécu.

Je t'ai proposé il y a quelques semaines de nous rencontrer autour d'un café à Marseille quand tu reviendrais dans la région.

Nous avions programmé de nous rencontrer hier dans le centre de Marseille et tu as suggéré l'idée d'un déjeuner chez moi. Idée que j'ai trouvé fort sympathique.
Tu as prévu d'arriver chez moi en fin de matinée et tu m'as demandé vers quelle heure tu pourrais prendre ton billet de retour . J'ai répondu à ce message : "je reprendrai le travail vers 15H-15H30."

Alors tu m'as répondu qu'avant de programmer ton déplacement tu n'avais pas compris le temps que "je pouvais m'accorder" pour cette rencontre et expliqué qu'il t'était difficile de te déplacer à Marseille pour "seulement 3 heures" (C'était quatre mais on va pas chipoter, là n'est pas le sens du message!).

Dans un premier temps je t'ai répondu que tu étais le bienvenu en ajoutant que mon fils rentrait du collège à 16H. Je n'ai pas obtenu de réponse (ce message a été envoyé lundi soir). Le lendemain matin, je t'ai envoyé un nouveau message que je retranscris ici:

"Bonjour Yann.

Je reporte mon invitation à plus tard. Excuse moi de le faire si tard mais je ne pourrai pas être autant disponible que tu l'attend. Je te disais que ce serait plus calme à la rentree qu'en vacances avec mes deux fils mais ça reste la rentrée et je ne peux me permettre de passer autant de temps en semaine.
Les billets de train TER sont complètement modifiables, voir remboursables. J'espere que tu le feras facilement.
Bises,
Christa
"

Quelques heures plus tard tu m'as écrit: je te remercie pour ta réponse.



Je suis désolée que cette histoire t'ait touché et blessé au point de retranscrire ici ta déception à mon égard. Je ne pense pas que les "douanceux" ait quoi que ce soit à voir avec cela et je ne pense pas t'avoir manqué de respect.

J'ai ma sensibilité et mes impératifs et le fait de les respecter fait aussi partie de ma "guérison".

Je ne suis pas fâchée. Tu restes le garçon sensible et brillant que je ne connais que virtuellement. Mais ton intervention musclée nécessitait une réponse de ma part.

J'espère que ses mots ne te feront pas fuir. Les tiens sont le reflet de l'hypersensibilité, du décalage que beaucoup ressentent sur ce forum et comme je te l'ai dit, je suis également souvent passée par là dans mes pérégrinations.

Bises


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Lointain yann
  • Age : 43 ans
  • Messages : 1458
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 13 Septembre 2017, 19:17
Salut Calista,

Bon. O.k.

Je ne suis pas tout à fait d'accord sur des détails de ta présentation relative à cette occasion de rencontre manquée.
Alors, après mon agacement certain, j'avais deux possibilités : en rester là, ou pas.

J'ai choisi la seconde option. J'espère ne pas faire une erreur de jugement.

La teneur de mon dernier message était, selon ta lecture, "musclé".
Peut-être as tu employé ce terme dans le même sens qu'à l'occasion où tu en avais usé sur mon Fil, durant un autre échange très sympa et gentil.
Je ne sais pas si ce terme est approprié ici.
Mais c'est le tien, celui qui exprime ton ressenti.

Au sujet de cette formulation "musclée", il est donc bien exact que je t'ai provoquée et que tu as réagi.
J'aurai réagi moi également en pareil cas, d'une façon ou d'une autre - par écrit.

Ma formulation, je pense, après réflexion, aurait du être moins frontale, moins ironique.
Ma formulation "musclée" ne visait pas la "Douance", les haut-potentiels, "les abrutis de la sensibilité", les zèbres, en général, mais bien toi, et ce pour pour une raison précise :
Parce que la raison subite et matinale de l'annulation de cette rencontre m'a semblé incompréhensible.
Le sujet des H.P, etc, m'intéresse, comme tu le sais.
Je pense donc que j'aurai du écrire mon étonnement agacé d'une toute autre manière, d'une manière qui ne soit pas blessante pour toi.

Comme je l'ai écrit plus haut, cependant, ta présentation des faits pour l'annulation de cette rencontre n'est pas tout à fait la mienne.
C'est ce qui se nomme, peut-être ?, sûrement ?- de l'incompréhension de ma part, ou de l'incompréhension mutuelle.

De mon côté, je n'ai pas envie de nourrir une rancune sans objet valable.
Je n'ai donc aucune désir d'en rajouter, de jeter de l'huile sur un petit feu ; d'où l'écriture de ce présent message à ta destination.
Le Forum est un lieu d'entraides, de conseils, de soutiens, voire davantage parfois, et je ne veux pas être à l'origine d'un conflit, lequel pourrait gâcher certaines choses.
Je pense que cela serait stupide.
Car les enjeux ici, sur ce Fil, et sur le Forum dans son ensemble, sont bien plus graves et importants.

J'aurai pu t'envoyer ce message en M.P, mais comme tu a pris l'initiative de me répondre sur le Forum - ce qui est tout à fait légitime -, je me suis senti obligé d'emprunter d'abord la même voie.
J'espère que tu comprendras le sens de ma démarche tout en ne doutant pas que tu comprendras le sens de mon propos.
Je ne suis pas fâché non plus, car, de toutes les façons, même quand je le suis, cela ne dure pas bien longtemps.
Je n'aime pas cela, car je ne sais que trop bien où cela peut conduire.

A bientôt.

Bises.

Yann (Prochain).
Message édité 5 fois, dernière édition par Lointain yann, 13 Septembre 2017, 20:18  

Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 5 prises de 40 et 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/201. Adhésion faite.
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 14 Septembre 2017, 8:57
Bonjour Yann,

Cool ton message.

Les ressentis erronés seront toujours la grande histoire de nos vies. On en arrive pas à l'alcool pour rien.

J'arrive maintenant à relativiser plus rapidement , à remettre les choses dans leurs contextes mais cela ne sera jamais réellement "normal". Le gel des émotions étant derrière moi, je me sens vite submergée par celles ci et la protection est une de mes techniques pour ne pas céder aux pensées. Je suis désolée que notre rencontre en ait fait les frais et que tu en aies été affecté.

J'ai lu que tes forces remontaient pour combattre ce momentané retour à l'alcool, j'ai lu Yann ( prochain) et Ca m'a fait bien plaisir.


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 28 Septembre 2017, 19:56
Quand la psychiatrie révèle le Haut Potentiel

La notion du Haut Potentiel chez le sujet adulte est encore bien peu abordée, et le plus souvent absente du schéma de compréhension et de décision du psychiatre qui reçoit en consultation un de ces sujets.
Ceci, pour différentes raisons :
1/On en connaît de plus en plus sur la question des enfants précoces, au travers des problèmes de scolarité qu’ils peuvent rencontrer, ou des symptômes qui peuvent les amener dans les cabinets des psys. Leur devenir à l’âge adulte reste par contre encore bien peu connu.
2/ Le Haut Potentiel n’est pas une maladie, et les psychiatres, contrairement aux psychologues qui sont formés à la question de l’intelligence, n’ont aucune formation, voire aucune idée sur le sujet…
3/ Enfin, la plupart des enfants à Haut Potentiel seront des enfants heureux, et deviendront des adultes heureux. Et ce, probablement d’autant plus que ce potentiel aura été détecté, expliqué, et accompagné pour aller dans le sens de leur épanouissement.
Par contre, une fraction non négligeable de cette population, non détectée, ou bien ne bénéficiant pas d’un entourage familial ou éducatif adéquat, risquera de se trouver en situation de sous utilisation de ce Potentiel, avec une difficulté dans la construction de leur personnalité, et dans la capacité à trouver un équilibre de vie épanouissant.
Que risque le sujet adulte à HP non détecté au cours de sa vie, en termes de symptômes psychiatrique ?
-Chez les sujets qui ont pu optimiser leur potentiel, dans le sens de la réussite professionnelle ou personnelle :
1/ Un risque anxieux avant tout.
L’anxiété semble quasi constante chez le sujet à HP, liée entre autre à un pseudo-perfectionnisme. Toute son échelle de valeurs est en effet biaisée dans la mesure où, pour le sujet à HP, la norme, c’est la perfection.
L’anxiété sociale et relationnelle sera aussi communément retrouvée, car le sujet à HP non détecté n’a souvent pas conscience de son décalage par rapport à la moyenne, et aura tendance, surtout pour les femmes, à s’accorder peu de valeur.
Ce manque d’estime de soi, associé à une hypersensibilité émotionnelle (qui semble aussi très commune), seront des facteurs favorisants de décompensations dépressives.
2/ En aval du risque anxieux, un risque dépressif :
Trop d’activités, trop de projets, une hypersensibilité émotionnelle pouvant compliquer les rapports sociaux, des troubles du sommeil par incapacité à mettre sa tête au repos, et c’est le syndrome d’épuisement classique, qui est une dépression qui se manifeste notamment par une incapacité brutale à penser.
Comme le sujet à HP présente un idéal du Moi très élevé (voire en plus un Surmoi très rigide…), et une fâcheuse tendance à vouloir dépasser ses limites, ce tableau dépressif pourra être subit, et surtout très mal toléré sur le plan narcissique, avec des risques de mise en danger important.
–Les sujets qui n’ont pas pu utiliser leur potentiel dans le sens de la réussite sont plus difficiles à détecter en consultation psychiatrique, alors même qu’ils sont souvent en grande souffrance du fait de la sous-utilisation de leur intelligence.
Indéniablement, Haut Potentiel rime avec excès. Excès de sensations, excès de stimulations, excès de pensées, excès de sentiments, mais surtout excès d’énergie.
Ces personnalités sont excessives, avec toutes un style différent, conditionné par le tempérament, qui est une donnée innée, et canalisées par ce qui aura été proposé par l’environnement.
Si l’environnement a été ouvert, curieux, tolérant et stimulant, mais aussi cadrant, l’énergie est canalisée sur une multitude de rails…
Dans le cas contraire, l’excès d’énergie reste « coincé » à l’intérieur du sujet, et se retourne contre la personne. Ce qui produit une inhibition en surface, et la création de voies de sortie pathologiques de l’énergie en excès, au travers de symptômes, et ce d’autant plus que le milieu familial aura été pathogène ou non sécurisant.
On retrouve là en premier lieu des symptômes anxieux et pseudo-obsessionnels, avec une dispersion de la pensée, des raisonnements obsédants, voire de vraies obsessions idéatives (la pensée classiquement décrite chez le sujet à HP comme arborescente perd –ou bien n’a jamais développé- son système de priorités et de tâches subalternes, et devient confuse et « douloureuse »).
On trouve aussi un risque addictif, soit à des produits (cannabis et alcool préférentiellement), mais aussi des addictions comportementales comme des Troubles du Comportement Alimentaire, l’addiction à internet, ou tout simplement une addiction à la rêverie qui est en fait vivre sa vie en rêve, sans obstacles ni contraintes… Ces addictions ont pour fonction de permettre au sujet de se « vider la tête » face à une pensée qu’il n’arrive pas à canaliser et utiliser correctement.
Lorsqu’un adulte ou un adolescent de ce type arrive dans le cabinet d’un psychiatre, le psychiatre ne voit que la surface, l’inhibition ou les symptômes, et seule une attention particulière permettra de suspecter le HP caché. D’où un sacré risque de passer à côté d’une donnée centrale de la problématique, et de ne proposer qu’une prise en charge partiellement efficace.
Alors, comment rendre la vie plus belle aux sujets à Hauts Potentiels adolescents et adultes ?
Le déroulement est en fait le même que pour l’enfant précoce qui rencontre un psychologue, et s’organise autour de trois étapes :
1/Tout d’abord, il faut savoir reconnaître le Potentiel
Puis il faut transmettre au patient cette idée, et lui dire que cette hypothèse sera prise en compte dans la prise en charge, ce qui nécessite un peu d’assurance et de persévérance face à des patients parfois incrédules ou sceptiques, jusqu’à ce qu’ils arrivent à se l’approprier.
Reconnaître le Haut Potentiel, veut dire aussi faire une relecture du parcours du sujet, et déterminer en quoi ce potentiel a pu être un plus ou un frein dans la réalisation de son épanouissement.
Et cela veut enfin dire les encourager à assumer cette différence.
2/ La deuxième étape est de leur expliquer comment ils fonctionnent. Comment canaliser leur intelligence et leur énergie pour sortir de l’inhibition, des obsessions, comment arriver à se vider la tête pour retrouver le sommeil.
Comment aussi retrouver un plaisir à utiliser son intelligence, là où penser est souvent devenu une contrainte, voire une torture.
Une approche en thérapie corporelle associée (relaxation, psychomotricité) sera souvent conseillée.
3/La dernière étape sera de les remotiver, autour de la reprise d’études, de projets professionnels, autour d’un projet artistique ou créatif.
Toutes les idées, leurs idées sont bonnes à prendre, car on sait bien qu’un sujet à Haut Potentiel motivé aura les moyens de réussir ce qu’il entreprend.
Alors bien sûr il y a aussi le reste du travail psychiatrique et psychothérapique, en gardant à l’esprit que ce travail ne pourra produire de bons résultats chez le sujet HP que dans un cadre particulièrement interactif et explicite.
Dr Perrine Vandamme, mai 2011


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Lointain yann
  • Age : 43 ans
  • Messages : 1458
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 29 Septembre 2017, 19:16
Texte très intéressant, merci Calista.

Bises.


Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 5 prises de 40 et 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/201. Adhésion faite.
 
Avatar de mapomme
  • Age : 46 ans
  • Messages : 130
  • Inscrit : 26 Décembre 2016
  Lien vers ce message 03 Octobre 2017, 14:15
Merci aussi :)


Début du Traitement : 13/12/2016. Indifférent depuis le 19/02/17. Possible de boire un peu en soirée sans plus d'envie !
au 16/10/17 - 40 mg à 18h - 40 mg à 20h
- total : 80mg
- prochaine étape le 16/11 : RDV chez l'addicto pour faire le point, descente en cours !
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 14 Novembre 2017, 13:19
Bonjour,

Je suis actuellement en train de créer une association autour des personnes qui ont été diagnostiquées borderline, bipolaire ,schizophrène ou plus simplement qui souffrent d'addictions. Une partie de ces personnes présentes des caractéristiques fortes d'hypersensibilité et de décentrage de leur personnalité.

Vous connaissez les travaux que j'ai fait ces derniers temps sur la corrélation entre la surefficience mentale et les troubles qui peuvent s'y associer notamment quand cette surefficience n'a pas pu être détectée ou tout simplement être valorisée.
L'association que je suis en train de créer a pour objectif de permettre à des personnes de comprendre le décalage permanent qu'elles ont vécus jusque là et de proposer des approches thérapeutiques permettant de baisser des traitement souvent lourds et totalement en contradiction avec les besoins d'une personne présentant cette surefficience.

Je travaille notamment sur les facteurs qui ont contribués à effacer ces caractéristiques pour quelquefois (et cela a été mon cas) ne laisser la place qu'aux troubles liés.
Je parle des dys en tout genre, dyslexie, dyspraxie, dysphasie, dysorthographie, accident cérébral mais aussi des contextes socio culturels lourds d'idées reçues.

Je sais que parmi vous, plusieurs personnes ont soit reçu un diagnostique de Haut potentiel ou se posent des questions sur ce cerveau qui tourne trop fort et pas souvent dans le bon sens.Vous l'avez partagé avec moi, souvent en MP.

N'hésitez pas à me contacter pour me faire part de vos témoignages ici ou en MP.

Je continuerai à poser ici le résultat des efforts que nous commençons à mettre en place.

surefficience et addictions

hypersensibilité émotionnelle et risques psychologiques

Quand c'est la psychiatrie qui révèle le haut potentiel


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 26 Novembre 2017, 12:54
Surdon et addictions

Pas complétement d'accord avec le terme surdon mais complètement raccord à ce qui est dit.
L'article est difficilement lisible en dessous mais peut être intégralement lu dans le lien au-dessus.


Surdon et Addiction
9 juin 2011 Talent DifferentComment aider Accompagnement, Fragilités associées au surdon, Le surdon au quotidien, Mieux comprendre, Non classé

Facile de rire d’une addiction ou de la condamner suivant son degré de gravité. Beaucoup moins facile de la faire disparaître. Car ceux qui sont addicts seraient les premiers heureux de cette disparition. L’addiction parle d’abord d’un mal être et d’une recherche de lui échapper par n’importe quel moyen. Ainsi d’ailleurs l’exprime Alice Miller “leur sentiment de colère, d’impuissance, de désespoir, d’ennui, d’anxiété et de douleur trouvera s’extériorisera par des actes de destruction, que ce soit contre les autres (comportement criminel, psychopathe) ou contre eux-mêmes (addiction à la drogue, alcoolisme, prositution, désordres psychiques, suicide) ». Les surdoués n’y échappent pas. Entre perfectionnisme quasi pathologique, regard sévère sur soi-même, conscience trop aigüe de « ce qui devrait être », ou même « tout simplement » cette infernale incapacité à arrêter de penser et de réfléchir, cette douleur peut avoir plusieurs dimensions, y inclus des aspects existentiels, et elle est particulièrement envahissante chez tous les gens extrêmement sensibles et talentueux. Linda Kreger Silverman note, dans un article intitulé “Emotional Intensity » (Intensité Emotionnelle) que ‘l’intensité est inhérente au surdon. Il est naturel pour un surdoué de ressentir les choses profondément et d’expérimenter une gamme très large d’émotions”. Tout ceci renvoie aux fameuses hyperexcitabilités mises en lumière par Piechowski et Dabrowski et dont ils ont constaté combien elles étaient étroitement corrélées avec l’intelligence. (cf un de mes précédents billets sur le sujet des Hyperstimulabilités) Un article intitulé « A Bioanthropological Overview of Addiction » (“Une vision bioanthropologique de l’addiction”– pages 312 à 320 du document en anglais à télécharger) indique qu’un « système nerveux aussi extraordinairement adapté à percevoir les plus infimes signaux de changements de son environnement est clairement submergé et favorise la dysphorie quand son propriétaire doit exister en traversant un environnement moderne constitué d’un nombre de stimuli exponentiellement augmenté. » […] Ceux qui sont dotés d’un système nerveux moins sensible, sont « mieux adaptés à nos modes de vie surpeuplés. Les plus sensibles peuvent seulement essayer leur inconfort en émoussant leurs perceptions grâce à l’alcool, ou à des anti dépresseurs ; ou, au contraire en recourant à des drogues qui altèrent leur conscience de façon à sortir du monde dysphorique dans lequel ils vivent pour rallier des mondes qui ne leur appartiennent qu’à eux. » Pour peu qu’ils soient également dotés d’une hyperexcitabilité psychomotrice, ils risquent alors d’extérioriser cette trop forte tension émotionnelle en agissant impulsivement, et en se conduisant mal. Une étude(« Substance Abuse and Learning Disabilities« ) montre qu’au moins la moitié des ceux qui souffrent de Troubles d’Hyperactivité avec Déficit d’Attention recourent à l’auto-médication avec des drogues ou de l’alcool. Un individu THADA est deux fois plus exposé au risque d’addiction qu’un individu « normal ». Dans un article intitulé « Overexcitability and the gifted« (Hyperexcitabilités et surdoués) Sharon Lind dit que « les gens qui sont dotés d’une excitabilité émotionnelle sont très précisément conscients de leur ressentis, de la façon dont ils grandissent et changent, recourant souvent au dialogue intérieur et à l’autocritique. » Dans son livre « The Mixed Blessing of Gifted Grown Up » (“Le surdon, une bénédiction à double tranchant pour les adultes”) Marilou Keller Streznewsky a consacré tout un chapitre à la « Face Sombre » du Surdon. Elle exprime combien l’intelligence peut être vécue de façon douloureuse au point de conduire à des comportements auto-destructeurs. Elle a ainsi rencontré des surdoués qui ont fini par atterrir en prison (elle rapporte que 20% de la population carcérale américaine est surdouée), parce qu’à la base, soit l’école n’a pas été un stimulant adapté pour eux, soit parce qu’ils n’ont pas rencontré sur leur chemin un mentor pour canaliser correctement leur énorme énergie. Un certain nombre relatent comment le recours à la drogue ou aux comportements à risques ont été des moyens de contrebalancer ce qui a été pour eux une véritable expérience d’anesthésie intellectuelle. Sur le site « Talent Develop », et dans un article intitulé « Gifted Talented and Addicted » (« Surdoués, Talentueux et drogués ») Douglas Eby égrène les gens talenteux et célèbres qui ont fait face à ces addictions. Il rappelle que “nombre de gens aux habiletés exceptionnelles ont eu recours aux drogues et à l’alcool, auto-médication pour soulager laeur sensibilité douloureuse, ou, au contraire, comme un moyen d’améliorer leur capacité de penser et de créer ». Il cite une liste impressionnante de personnalités parmi lesquelles : Ludwig van Beethoven, Charles Baudelaire, Aldous Huxley, Edgar Allen Poe, Fiodor Dostoievski, Modest Mussorgski, Ernest Hemingway, John Steinbeck et Tennessee Williams pour le passé. Mais aussi, parmi nos contemporains : Johnny Depp, à qui la drogue sert d’anesthésiant, en particulier pour gérer la pression médiatique. « [la drogue] n’a pas tant à voir avec la notion de détente qu’avec le fait que nous avons besoin de nous échapper de nos cerveaux. Nous avons besoin d’échapper à la vie quotidienne. Ce qui est problématique c’est l’aspect auto-médication de ce recours. » (… Une déclaration qui n’est pas sans me rappeler les remous médiatiques qui entourent la traversée du désert du chanteur Renaud qui se plaint de ne plus avoir d’inspiration et dont l’alccolisme est désormais connu …) Il ne faut pas penser que l’addiction touche seulement la drogue ou l’alcool. J’exprimais par exemple, le besoin que mes amis chatteurs ou moi-même pouvons avoir à jouer à certains jeux tels que Spider Solitaire ou Free Cell… ou tout simplement un jeu de casse briques. Il s’agit ici bien sûr d’addictions bien légères et innocentes, bien qu’elles relèvent à leur façon de cette volonté de sortir de sa vie. Nombreux sont désormais les articles qui traitent de l’addiction au virtuel des enfants et des adultes, accros aux jeux virtuels, à internet, mais aussi aux jeux de paris (dont les nouveaux développements sont les jeux boursiers en ligne (argent et matières premières)). Mais l’addiction touche aussi la nourriture avec la boulimie (une réaction émotionnelle pour lutter contre le stress), les dépenses (et le surendettement qui peut en résulter) et le travail (ne parle-t-on pas des « workaholics », les « alcooliques du travail » souvent atteints de surcroît d’un perfectionnisme envahissant ?) Toute la difficulté est donc, face à une surréaction des sens, de pouvoir se détendre et “maîtriser la tempête émotionnelle » sans être tenté de transformer la réalité en recourant à des substances toxiques. Agir (créer) est l’un des meilleurs moyens d’évacuer cette tension. Mais alors sont suceptibles de surgir les vieux démons du perfectionnisme paralysant ou un « à quoi bon ? » qui signe ce sentiment si lourd que la vie n’a pas de sens… P.S. : C’est en lisant cet article de Douglas Eby que j’ai découvert d‘où venait le Coca-Cola. A l’origine, le « Vin Tonique Mariani », un mélange de Bordeaux et de coca inventé par un chimiste corse et qui a même eu la bénédiction de trois papes ! Sources citées par Douglas Eby dans son article qui m’a aidée à rédiger ce billet : Marc F. Kern, Ph.D. site www.habitdoc.com/ National Institute on Drug Abuse Stanton Peele, J.D., Ph.D. site www.peele.net Carl Sagan; Richard Feynman: Cannabis Culture Magazine articles: Actors and Addiction – by Douglas Eby Addiction: a Myth of Modernity? by William Pryor [also see several other informative articles by Pryor] A Bioanthropological Overview of Addiction – by Doris F. Jonas, Ph.D. A. David Jonas, M.D. The Creative Process in Poets – by Jane Piirto, Ph.D. Discovering the gifted ex-child – by Stephanie Tolan Drug Use as a Protective System – by Leon Wurmser, M.D. Marijuana Is Addictive and “ So What? – Stanton Peele, J.D., Ph.D. Overexcitability and the gifted – by Sharon Lind A « Reverence for Strong Drink »: The Lost Generation and the Elevation of Alcohol in American Culture – by Robin Room Somatosensory Affectional Deprivation (SAD) Theory of Drug and Alcohol Use – by James W. Prescott, Ph.D. Stoned scientists – by Dana Larsen Substance Abuse and Learning Disabilities: Peas in a Pod or Apples and Oranges?, from the National Center for Addiction and Substance Abuse at Columbia University [PDF file.] books: From Chocolate to Morphine : Everything You Need to Know About Mind-Altering Drugs – by Andrew T. Weil, M.D. Gifted Grownups: The Mixed Blessings of Extraordinary Potential – by Marylou Kelly Streznewski Looking for Gatsby: My Life – by Faye Dunaway Parched – by Heather King Postcards from the Edge – by Carrie Fisher Responsible Drinking – by Marc F. Kern, Ph.D. The Secret History of Alcoholism: The Story of Famous Alcoholoics and Their Destructive Behavior – by James Graham Sisters of the Extreme: Women Writing on the Drug Experience, Including Charlotte Bronte, Louisa May Alcott, Anais Nin, Maya Angelou, Billie Holiday, Nina Hagen, Carrie Fisher, and Others – edited by Michael Horowitz Women Under the Influence – by The National Center on Addiction and Substance Abuse at Columbia University Pour information, voici ce que l’on trouve sur internet quand on tape « addiction et surdon » en français… On trouve quelques pistes supplémentaires, fort heureusement, en tapant « surdoués et addiction ». Mais il ne s’agit « que » des enfants.
Message édité 1 fois, dernière édition par 🌞Calista, 26 Novembre 2017, 12:56  

Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Manue
  • Age : 47 ans
  • Messages : 25313
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 26 Novembre 2017, 15:00
Toute addiction est là pour éteindre les millions de pensées qui arrivent en même temps
Le matin, quand je me réveille et n'aspire qu'à redormir, faire une grasse matinée, des milliers de pensées tournent dans ma tête
J'attends qu'une seule vraiment intéressante me motive pour me lever et aller la creuser

Dans le burnout, j'ai découvert que le perfectionnisme était un des facteurs principaux de la maladie
Il m'empêchait de clôturer un dossier pour passer à un autre, il m'obligeait de travailler en dehors du bureau, pour être concentré, au calme et terminer à temps
Ce n'est jamais fini, impossible de passer à autre chose car tout est perfectible
Lors de mon dernier entretien, mon manager m'a reproché de ne pas être capable d'être multi-tâches, pas pouvoir prendre un dossier avant d'avoir fini le précédent

Besoins : canaliser les idées, les trier, en prendre une et aller au bout, la clôturer
Ce qui m'intéresse, c'est l'apprentissage, la nouveauté, les généralités, quand vient le temps d'aller dans les détails, et de ne plus rien apprendre de neuf, cela ne m'intéresse plus

Comment choisir parmi toutes les possibilités?

Comment passer des idées à une réalisation concrète? comment s'y mettre?

Le matin, quand je me mets sur l'ordi, je suis sur un sujet, je me retrouve avec 10 pages internet ouvertes, suivant les différentes idées proposées, internet est terrible pour ça

Aucun point commun entre les différents sujets recherchés, ce matin, les probiotiques, hier, les dessins humoristiques sur le monde du travail

Et la journée y passe

L'alcool s'interpose et me recentre sur mon besoin fondamental de communiquer

Et là, je passe mes heures sur le forum

être conscient de son haut potentiel, l'accepter, ok, c'est fait, quelle est l'étape suivante lorsque l'on est adulte?

Il m'a été plus facile de me plonger dans des activités professionnelles encadrées, connues, répétitives, où je pouvais quand même apprendre des choses tous les jours, mais surtout me rendre utile

Mon profil a pourtant une part nécessaire de créativité, que j'étouffe totalement

Il est difficile de nous faire entrer dans une case, par exemple, j'ai découvert, après tant d'années, que 2 planètes régissait mon heure de naissance, une qui me porte à la communication, au besoin relationnel, et l'autre qui me porte à la solitude

"De Jupiter et de Neptune, vous avez hérité des tendances contradictoires. L'une tournée vers la vie sociale, l'autre vers la vie intérieure et un certain isolement."

Les tests de personnalité me placent toujours dans "4% de la population", par exemple, Artiste et Conformiste! parfaitement antinomique

Devant les possibles arrive le moment de l'impossibilité d'avancer


Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends - Nelson Mandela
 
Avatar de Lointain yann
  • Age : 43 ans
  • Messages : 1458
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 26 Novembre 2017, 22:14
Intéressant tout çela.

Merci, Calista (et Manue).

Je repasserai plus tard.


Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 5 prises de 40 et 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/201. Adhésion faite.
 
Avatar de Sam70
  • Age : 47 ans
  • Messages : 286
  • Inscrit : 29 Mars 2012
  Lien vers ce message 28 Novembre 2017, 2:07
Ouais... pas facile tous les jours
L'addiction défonce a au moins le mérite d'apaiser


http://www.o-ameisen.org/
https://twitter.com/O_Ameisen_assoc
contact@o-ameisen.org
 
Avatar de Laurent... [ʇuǝɹnɐl]
  • Age : 47 ans
  • Messages : 720
  • Inscrit : 30 Novembre 2016
  Lien vers ce message 29 Novembre 2017, 22:58
Chère Calista,

J'ai lu et relu avant de comprendre que ces posts s'adressaient aussi à moi...

Mince... Que dire sinon que je ne voulais pas y croire. Je l'ai souvent évoqué ici qu'il y avait un gâchis d'intelligences et de compétences avant de comprendre que j'en faisais parti.

Tout petit je construisais ou inventais des choses à partir d'élément que je détournais. On me regardais avec incompréhension. Chez moi c'est l’effort qui avait toute son importance ! Et non pas l'effort intellectuel. Mon père m'appelait pourtant "professeur tournesol". Mes rêveries étaient synonymes de bon à rien...

Aujourd'hui encore, difficile de me vider la tète face à des pensées que je n'arrive pas à canaliser, tant elles sont nombreuses. Dire que je suis "intelligent" m'a toujours apparu impossible tellement j'ai été élevé dans l'idée que seul l'effort physique est récompense. Alors, conforté dans l'idée que je suis qu'un bon à rien, je n'ai pas fait plus qu'il m'était possible de faire.

Mais alors je fais quoi maintenant avec tout cela ? Mon fils est sans doute du même acabits... Trop intelligent pour être heureux. Mais je le comprends ! On se demande pourquoi... Je lui explique comme moi j'ai compris pour l'aider à avancer dans ces devoirs. Ils nous faut plus pour nous motiver et être intéressés. Alors je détourne (de façon plus compliqué) pour revenir au sujet principal.

Nos échanges sont précieux dixit Karo, j'abonde en ce sens.

Merci de ton retour Calista.


Adhérez ! Car vous aussi pouvez participer à ce combat que l’Association BACLOFÈNE mène depuis des années. Plus de 10 670 membres inscrits pour 150 adhérents! Aidez-les, aidez-vous, aidons-nous les uns les autres.
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 30 Novembre 2017, 1:07
Salut Laurent,

" La première phase est un indéniable soulagement. Vous n’êtes pas fou ! Des mots sont en n venus mettre une expli- cation sur ce malaise diffus, permanent, inconscient et pourtant palpable. « C’est quoi mon problème ? Qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez moi ? » se demandent les suref- cients mentaux dix fois par jour. Lorsque je leur parle de leurs mécanismes neurologiques et de leurs conséquences, ils disent que c’est la première fois qu’on leur propose une grille de lecture cohérente de ce qu’ils sont et plutôt posi- tive, de surcroît ! Les surefficients cmentaux sont tellement habitués à ce qu’on leur renvoie en négatif ce qu’ils sont :
trop sensibles, trop susceptibles, instables, immatures, compliqués... En n, quelqu’un perçoit leurs infrarouge et leurs ultraviolets et leur restitue une image cohérente et valorisée d’eux-mêmes. C’est vraiment l’histoire du vilain petit canard. Mais c’est tout de même un choc de se découvrir cygne. Et c’est sans compter avec la manie des surdoués de douter de tout ! À chaque nouvelle séance, ils me demanderont si je ne me suis pas trompée et comment je peux en être si sûre. Je leur ai tout expliqué depuis l’hyperesthésie jusqu’au faux self en passant par l’idéalisme. Ils ont acquiescé en continu. Ils se sont reconnus dans toutes mes descriptions de leur fonctionnement neuronal. Que puis-je leur dire de plus ? Alors, je reste perplexe et ils sautent à pieds joints sur mon indécision : « Ah, vous voyez ! Vous n’en êtes pas sûre ! » C’est l’un d’entre eux qui, en interprétant correctement mon hésitation, m’a donné la seule réponse qu’ils acceptent en n d’entendre et qui est devenue mon dernier recours. Il m’a dit : « Je vois ! C’est comme si vous aviez un gland dans la main et que je vous demandais de me prouver qu’il est tombé d’un chêne ! » Et c’est exactement cela. Je le sais, j’en suis sûre, mais aucune explication rationnelle ne pourra le prouver à qui veut encore douter."
Je pense trop Christel Petitcollin. Je pense trop. Page 181.
Je vais t'envoyer en lien livre par MP si tu ne l'as pas lu.
Il y a des premières clés dedans très interessante.

C'est bien que tu en prennes conscience pour ton fils. Tu vas lui être d'une grande aide. Répondre à côté parce qu'on compliqué tout est le lot de beaucoup de surefficients. C'est la première raison des décrochages scolaires et du début de la Perte de confiance en soi.

Pour peu qu'un ou plusieurs dys ( dyslexie, dysorthotrographie, dyspraxie, dyscalculie dysphagie) ne soit venu se cacher. C'est souvent le cas des enfants qu'on ne détecte pas en grande section de maternelle ou avant. On ne reconnaît pas non plus des difficultés car le HP compense les dys et les dys compensent le HP. Cela pourrait paraître équilibré mais le besoin de nourrir de façon optimisée cet intellect reste le même chez cet enfant et maintenir une sous utilisation de son Potentiel est nuisible pour lui à long terme. Il utilise cette énergie contre lui, il commence à se saboter voir à avoir carrément des comportements autodestructeurs.

C'est le but de mon association, en fait.

Non pas pour les enfants qui depuis quelques années de solides travaux et actions ont été mis en place par des gens hyper compétents. Je ferai un post pour les referencer si ça peut aider quelques parents ici mais pour les adultes qui découvrent sur le tard cette particularité et plus précisément ce fonctionnement cérébral différent. .

Je t'invite à regarder cette vidéo aussi. Cela aide beaucoup surtout quand on a des enfants et que nous voulons les aider.

La douance adulte et les forces handicapantes

D'ailleurs un lynx de ma connaissance â fait de super notes sur cette conférence et je l'invite à les partager ici même si elles ne sont pas terminées. Il suffit d'indiquer les moments de la video qui correspondent. Cela serait très riche parce que la video est très longue.

Apres cette première prise de conscience, il y a un quelque chose à faire rapidement et qui fait un bien fou. On pourra en parler au téléphone si tu le veux un de ces quatre.
Message édité 1 fois, dernière édition par 🌞Calista, 30 Novembre 2017, 9:46  

Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Laurent... [ʇuǝɹnɐl]
  • Age : 47 ans
  • Messages : 720
  • Inscrit : 30 Novembre 2016
  Lien vers ce message 30 Novembre 2017, 21:11
Avec plaisir Calista !

Merci


Adhérez ! Car vous aussi pouvez participer à ce combat que l’Association BACLOFÈNE mène depuis des années. Plus de 10 670 membres inscrits pour 150 adhérents! Aidez-les, aidez-vous, aidons-nous les uns les autres.
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1851
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 01 Décembre 2017, 20:46
La douance adulte: une force handicapante

Je partage ici les notes que j'avais prises sur cette conférence.
J'ai indiqué les minutes correspondant aux thèmes traités. Ainsi, il est possible de se reporter à des moments précis de la vidéo, sans nécessairement la visionner en entier.
Je me suis peu attardée sur la première partie, celle qui concerne les enfants et les adolescents à haut potentiel. Mais c'est une mine d'informations.



I- L’ENFANT

Quelques caractéristiques de la douance (chez les enfants):
2’’24
Hypersensibilité (qui va très vite se transformer en souffrance en l’absence de guide)
Sens de la justice : recherche d’une vérité absolue.
Hypervigilance : le monde représente toujours un risque potentiel, il faut pouvoir anticiper.
Lucidité : perception de la fragilité du monde
Décalage dans la construction de la pensée : Alors que la majorité des enfants entre 2 et 5/6 construit l’image d’eux-mêmes et la relation aux autres, l’EIP se trouve dans la construction de la réalité (il s’intéresse au monde et il essaie de le comprendre). À l’école primaire, c’est l’inverse (construction de la réalité versus construction de la réalité)
=Décalage développemental.
Empathie extrêmement importante
Hyper vigilance => Anxiété latente, anticipation anxieuse => ces enfants ne connaissent pas l’insouciance, sauf s’ils trouvent un guide cohérent (un adulte).


Cycle d’évolution de la famille :
8’’53

Chez les enfants « normaux » :

0 à 2 ans
Famille nourricière
2ans à 6/7 ans
Famille éducatrice : elle apprend à l’enfant à parler, à marcher, à fair du vélo...
6/7 ans à 12/13 ans
Famille pédagogue : elle aide l’enfant dans les acquisitions scolaires (lire, écrire, compter...)
12/13 ans à 18/20 ans
Famille guide
> 18/20 ans
Famille réflexive

Chez les enfants HP :
La famille nourricière tombe très vite.
La famille éducatrice s’arrête à 4 ans.
La famille pédagogue ne tient que jusqu’à 7/8 ans.
La famille guide est recherchée dès 7/8 ans.

L’enfant HP va raccourcir le cycle de la famille.

Il développe beaucoup d’angoisses. Il se rassure en cherchant des personnes relais.
Si l’enfant est amené à chercher en lui les propres ressources pour grandir (sans guide), son développement est incertain, il se fera avec beaucoup d’angoisse et de souffrance .

20’’18
Il n’y a pas davantage d’enfants HP aujourd’hui qu’autrefois. Mais une meilleure identification.
Une destruction massive des structures cognitives dans nos sociétés (entrées en phase d’involution) entraine le fait que les enfants HP sont plus remarqués.
Les structures cognitives apparaissent de plus en plus tard (voire n’apparaissent plus).
Cause : les enfants sont de plus en plus sollicités dans les sphères figuratives et perceptives de la connaissance, et de moins en moins dans les sphères opératoires*.

L’enfant (non HP) apprend en faisant. Exemple : jeu vidéo : il ne lit pas la notice, il apprend en jouant. Or le système éducatif est basé sur l’apprentissage par la réflexion (d’où décalage).
L’enfant HP ne comprend pas son environnement. Il s’appuie sur les adultes. À partir de l’adolescence, il développe de grandes angoisses. Il peut même avoir la sensation d’être fou parce qu’il se sent si différent des autres. Il ne va pas s’opposer aux règles ou aux figures d’autorité puisqu’il cherche un guide (contrairement aux autres jeunes). Il rencontre alors d’énormes difficultés pour être en lien avec les autres adolescents.
Les ados HP observent alors les autres pour comprendre comment ils fonctionnent.
Ils vivent des angoisses croissantes qui peuvent les pousser à s'isoler.
Ils sont susceptibles de subir des maltraitances qui les amèneront à développer un faux self* (puisqu’ils ne peuvent pas être aimés pour ce qu’ils sont, mais pour ce qu’ils montrent).
*Le faux-self est une image socialement acceptable.

La construction de l’identité se fait en 3 étapes :
37’’00
1. Émergence de la conscience de soi (limite entre le moi et le non moi).
2. Construction de l’image de soi, qui se fait selon le regard qu’ont les autres sur soi (d’où l’importance des messages positifs et valorisants en étant petits, sinon émergence d’une faille narcissique, qui va durer dans le temps).
3. Construction de l’estime de soi : conséquence du jugement qu’on porte sur soi-même. C’est une échelle de valeur interne que l’on se donne indépendamment de la réalité.
Une bonne estime de soi va impliquer un bon équilibre psychologique, et va permettre de croire en la possibilité d’être digne d’amour

Le syndrome de l’imposteur :
43’’50
C’est la valorisation de l’effort : une réussite sans effort n’est pas reconnue.
La personne a haut potentiel (enfant ou adulte) réussit sans effort : il peut avoir le sentiment de ne pas mériter ses réussites



* Les aspects figuratifs et opératifs de la connaissance

Piaget distingue deux grands aspects dans la connaissance: les aspects opératifs et les aspects figuratifs. Les premiers se réfèrent aux actions matérielles (sensori-motrices) ou intériorisées (opérations) que le sujet exerce sur les objets. Ils désignent donc l'ensemble des transformations effectuées par le sujet sur les objets. Les seconds se réfèrent à la perception, à l'imitation ou à la représentation imagée. Ils se rapportent aux états (par opposition aux transformations) perçus, imités ou symbolisés, des objets. Cette dualité des aspects figuratifs et opératifs de la connaissance exprime, une fois de plus, le double apport de l'objet (états ou configurations) et du sujet (transformations) en jeu dans la connaissance.

La connaissance ne constituant pas, pour Piaget, une copie, c'est-à-dire une simple imitation du réel, mais le résultat d'une activité exercée sur l'objet qui enrichit ce dernier de propriétés nouvelles, les aspects opératifs, c'est-à-dire les transformations réelles (actions matérielles) ou symboliques (actions intériorisées ou opérations) effectuées par le sujet sur les objets, jouent un rôle fondamental dans la connaissance.

L'analyse des données psychogénétiques concernant l'évolution de l'intelligence représentative montre que la conquête progressive de l'objectivité dans la compréhension et l'explication du réel est liée à une subordination croissante des aspects figuratifs (états ou configurations) de la connaissance à ses aspects opératifs (transformations effectuées par le sujet sur les objets). Cette subordination entraîne une modification dans la perception et la représentation mêmes des objets en fonction des actions exercées sur eux. La prédominance des aspects opératifs de la connaissance sur ses aspects figuratifs exprime ce fait fondamental, pour Piaget, à savoir que toute connaissance résulte d'une action du sujet sur le réel et n'en constitue jamais une simple copie.

L'une des principales critique que Piaget adresse à l'épistémologie bergsonienne, c'est précisément d'avoir attribué à l'intelligence tout entière les limitations propres à la perception et à la représentation imagée qui ne constituent en fait que l'un des aspects (l'aspect figuratif) de la pensée. Ainsi, pour Piaget, la critique bergsonienne est entièrement valable si l'on y voit une critique de la représentation imagée par rapport aux mécanismes opératoires (ou aspects opératifs) de l'intelligence, mais elle est manquée comme critique de l'intelligence.
Message édité 6 fois, dernière édition par Karo, 01 Décembre 2017, 21:35  

Adhérez! Pour que d'autres se libèrent de leur addiction et pour que vive l'association.

Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement.Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1851
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 01 Décembre 2017, 20:54
(suite)

II- L’ADULTE
1’30

Caractéristiques positives chez l’enfant
Ce qu’elles deviennent chez l’adulte
- Curiosité se transforme en:
Passivité
Doute
Forte dépréciation
- Attention sélective se transforme en:
Manque de persévérance
Difficultés de concentration
- Créativité devient:
Méconnaissance de soi
Inorganisation
Insoumission devient:
Problèmes pour travailler en groupe
Sensibilité
Angoisse
Abandon (peur de )
Auto-agressivité
Sentiment dépressif

Comment un enfant avec toutes ces qualités devient-il un adulte avec tant de souffrances ?
1’30’’47

Il existe deux domaines dans la pensée :
Une sphère affective et une sphère cognitive, qui sont en interrelation et connectées par un filtre .
Ce filtre trouve sa fonctionnalité vers 6ans chez tous les enfants, et commence à se développer vers 2/3 ans.
L’enfant peut être en avance sur le plan cognitif, mais pas sur le plan du développement psycho-affectif, puisque c’est l’expérience qui permet ce développement.

Cette zone de connexion entre les 2 sphères comprend 5 structure-mères qui participent simultanément de la construction cognitive et de la construction affective.
1 . La décentration :
Sur le plan cognitif (C) : capacité à prendre en compte différents points de vue.
Sur le plan affectif (A) : capacité à prendre en compte le ressenti des autres.
2. La généralisation :
C : Transfert de compétences à des situations analogues
A : capacité à identifier qu’en fonction de certains indicateurs, les ressentis sont identiques en fonction des mêmes situations
3. L’inhibition :
C : sélection d’une stratégie par rapport à une autre
A : capacité àmettre à distance ses propres intérêts par rapport à ceux d’autrui
4. La classification :
C : regrouper des éléments en fonction de leurs ressemblance, permettant d’élaborer des stratégies de raisonnement.
A : hiérarchisation des émotions et des ressentis.
5. L’anticipation :
C : prévision des conséquences de ses actions.
A : protection contre les attaques anxiogènes trop fortes

Ces 5 structures vont s’organiser comme suit :
Décentration > Généralisation > Anticipation > Inhibition
Au milieu, apparaît le système de Classification = régulateur central

Chez les personnes HP, ces structures mères sont connectées de façon anarchiques :
Décentration, Généralisation, Anticipation.
Le régulateur central (= le système de classification) n’est pas du tout fonctionnel, et l’inhibition n’est plus connectée.
Les structures mères vont s’associer deux par deux :
Décentration + Généralisation : mise en œuvre d’une rationnalisation extrême
Décentration + Anticipation = les sentinelles (O. Revol) qui mettent leurs compétences intellectuelles et affectives au service des autres. Énormément d’anxiété, risque de burn out, absence de gratification, problème d’ego.
Généralisation + Anticipation : cascades affectives : l’adulte se connecte à l’autre mais est incapable ensuite de se déconnecter, et il absorbe l’affect de l’autre.

Si la structure inhibitrice n’est pas régulée (= effet pygmalion négatif : Fait pour un enfant surdoué non reconnu de se limiter intellectuellement pour essayer de ressembler aux autres. JC TERRASSIER parle d'Effet Pygmalion négatif, c'est-à-dire de pression à la conformité. ), alors le potentiel est mis en sommeil. Ce qui revient à nier son identité propre.

=> QUI SUIS-JE ?
1’43’’34
Début de l’errance thérapeutique.
Une image négative de soi s’installe, ainsi qu’une agressivité retournée sur soi (auto-agressivité narcissique).
Fonctionnement UP and DOWN (qui peut faire penser à d’autres pathologies). Ce sont des états émotionnels fluctuants qui restent cependant dans la cohérence de la pensée.

Hypersensibilité + difficulté à harmoniser une bonne image de soi avec une représentation de soi = risque de rencontre avec le Pervers Narcissique.
1’44’’54
PN :
Vampire affectif : il entre en collusion affective avec sa proie.
Il n’a aucun affect, et il va donc vivre à travers l’affect de l’autre.
C’est une personne émotionnellement vide de sensation.
MAIS il possède un scanner affectif qu’il utilise pour détecter les failles narcissiques chez l’autre et les exploiter.
Il va travestir la réalité sur des registres spécifiques.
Il est dans le double jeu.

Début : la constitution du couple.
Puis viennent 3 phases :
1. Attraction :
Grâce à son scanner affectif, il identifie parfaitement ce que l’autre souhaite : le HP a l’impression formidable d’avoir trouver la personne qui correspond parfaitement à ses attentes.
2. Cohésion :
Il assois sont emprise par un langage à double sens : les mots n’ont pas le même sens pour les deux parties. Il brouille son message par un mélange de communication verbale et non-verbale à sens différent voire contraire.
Il active le syndrome de l’imposteur :
Il laisse croire à la personne HP qu’il sait des choses sur elle qu’elle ne connaît pas.
Il use de la logorrhée, avec des bribes de discours cohérents et d’autres pas, de sorte de perdre sa victime.
3. Coercition:
Mise en place de la manipulation et isolement de la proie.
Le PN n’assume pas sa dualité (nous avons tous des côtés sombres, mais nous l’assumons, pas le PN qui projette sur sa proie tous ses aspects négatifs).
Double mouvement séduction <=> attaque : l’attaque commence toujours par un acte de séduction, qui pousse la proie à baisser la garde. C’est à ce moment que l’attaque tombe, et s’en est d’autant plus destructeur émotionnellement.
Sa seule loi : se préserver.
Le PN ne conçoit pas que sa proie puisse penser par elle-même, ou qu’elle puisse lui échapper.

Les personnes à Haut Potentiel les plus vulnérables au PN sont celles qui ont les structures cognitives suivantes : « les cascades affectives » et « la rationalisation extrême ».
Les sentinelles sont les plus protégées, parce qu’elles développent dans leur pensée des anticipations anxiogènes et sont donc rapidement alertées de l’incohérence de la personne qui s’approche d’elles.

Pour s’en sortir, il faut tout d’abord accepter la position de victime, ce qui et rendu difficile à cause de la décentration.

RECRÉER UN ÉQUILIBRE :
Chez les adolescents :
1. Remettre en place le régulateur central (système de classification). l’école est la cause de la disparition du système de classification. Le régulateur central est une structure cognitive qui a besoin d’être alimentée. Par manque de stimulation, cette structure ne trouve plus à s’alimenter et se fige..
2. Connexion des procédures déductibles = formation des raisonnements (en différenciant bien les intuitifs et les déductifs).
3. Travail sur la pensée et le champ des idées.
4. Application dans le cadre personnel (affectif, sentimental, relationnel…) : comment fonctionnent les autres, comment être en lien avec les autres sans se perdre soi-même ?
5. Appliquer cela à la place qu’on entretient dans le monde.
6. Travail sur l’identification des différentes émotions (dont la colère).
7. Travail sur l’identité sexuée : pour être en couple, il faut être capable de lâcher prise, ne pas craindre d’être attaqué, même par quelqu’un de proche.
8. Comment vivre avec celui / celle qu’on est devenu.
9. Faire du stratégique : valoriser l’efficacité (non pas la fainéantise).
Effet très positif du stress : mobilisation de toutes les compétences.

Objectifs chez les adultes :
Retrouver de l’assurance.
Retrouver la capacité à affronter la compétition.
Cultiver la capacité d’introversion et le désir d’indépendance comme étant des qualités.
Retrouver le désir de prendre des risques.
Message édité 1 fois, dernière édition par Karo, 01 Décembre 2017, 21:25  

Adhérez! Pour que d'autres se libèrent de leur addiction et pour que vive l'association.

Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement.Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Theorbe (Théo)
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1037
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 02 Décembre 2017, 5:02
un mot pour suivre le fil. :lol:


Consommations: 700-900 mg tramadol; + d'1/2 litre de schnaps 55° (+ de 24 UA) et bière (+ de 14 UA) + 10-20 baguettes LEXOMIL par jour.
Adhésion et dons faits.
Dose 40-30-30-20 +/- 10 à 30. 120 mg/jour
Plus d'alcool le 19/11/2017, tramadol et BZD stoppés d'un coup le 14/10, le lendemain d'une crise d'Hépatite-Pancréatite-Gastrite sans Hp due au tramadol=gastro-toxique et à l'alcool. Stéatose hépatique majeure.
Obligation d'être abstinent - S'ils pouvaient souffrir, ils sauraient.
 
Avatar de Laurent... [ʇuǝɹnɐl]
  • Age : 47 ans
  • Messages : 720
  • Inscrit : 30 Novembre 2016
  Lien vers ce message 02 Décembre 2017, 18:06
Calista, je viens de constater que ce fil est réservé aux membres. C'est dommage, il devrait être public.

Beau boulot Karolina jolie ! Ca évite ainsi de se taper 3h de vidéo, bien qu'elle soit inintéressante. On va à l'essentiel.


Adhérez ! Car vous aussi pouvez participer à ce combat que l’Association BACLOFÈNE mène depuis des années. Plus de 10 670 membres inscrits pour 150 adhérents! Aidez-les, aidez-vous, aidons-nous les uns les autres.
 
Avatar de Theorbe (Théo)
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1037
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 02 Décembre 2017, 21:44
Le livre JSF "Trop intelligent pour être heureux", oui, j'en ai lu pas mal de passages.
Je me retrouvais dedans, totalement.
Mais un sentiment de malaise - comme si elle faisait en sorte que tout le monde puisse s'identifier à un "trop intelligent pour être heureux".

Je la trouve trop acceptante sous le terme de "trop intelligent".
Le livre où je me retrouve à fond, c'est "Des Steppenwolff" ou le "Loup des Steppes" de Herrmann Hesse.

de JSF me met mal à l'aise.... je répère, mais je la trouve trop tolérante et large dans sa sélection des trop intelligents.....


Consommations: 700-900 mg tramadol; + d'1/2 litre de schnaps 55° (+ de 24 UA) et bière (+ de 14 UA) + 10-20 baguettes LEXOMIL par jour.
Adhésion et dons faits.
Dose 40-30-30-20 +/- 10 à 30. 120 mg/jour
Plus d'alcool le 19/11/2017, tramadol et BZD stoppés d'un coup le 14/10, le lendemain d'une crise d'Hépatite-Pancréatite-Gastrite sans Hp due au tramadol=gastro-toxique et à l'alcool. Stéatose hépatique majeure.
Obligation d'être abstinent - S'ils pouvaient souffrir, ils sauraient.
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1851
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 02 Décembre 2017, 21:57
C'est la critique qui lui est généralement faite. Effectivement, beaucoup peuvent se croire HP en lisant ce livre.
Je l'avais commencé, mais les premières pages sont tellement approximatives, voire truffées d'aberrations, que je n'ai pas eu le courage de poursuivre.
Que veux-tu, quand on prétend que l'observation de quelques cas suffit à établir des règles générales, que c'est même une méthode plus fiable que l'étude scientifique, je suis gênée.
Il faut ajouter que ses observations ne sont faites que sur ses patients, donc un échantillon non représentatif de la population. Il en découle nécessairement qu'être HP = être en souffrance (à priori, seuls ceux qui ne vont pas très bien vont consulter un psy).
Je pense que beaucoup de personnes à haut potentiel se portent merveilleusement bien. Et heureusement, sinon le HP serait une tare.


Adhérez! Pour que d'autres se libèrent de leur addiction et pour que vive l'association.

Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement.Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 02 Décembre 2017, 22:37
Je prendrai longtemps la défense de Jeanne Siaud Fachin car son livre à le mérite d'avoir aidé des milliers de personnes.
Elle a osé écrire et défendre cela en 2008 avant que les psychologues cliniciens osent sortir de leurs tanières.
Sans le mot zèbre, beaucoup n'auraient pas osé en parler à des amis, n'aurait pas osé franchir la porte d'un cabinet de psychologie. Tous ces livres ne sont pas des livres scientifiques.
J'ai commencé ce fil de la même façon parce franchement si il n'y avait pas des gens en souffrance potentielle derrière je ne viendrai faire un fil sur un forum baclofene pour parler de performances itellectuelles.
Sans vulgarisation, les gens n'accèdent pas à la lecture de ce type de prime abord. Beaucoup parlent d'effet barnum et pourtant tous les jours des gens sont détectés HP apres la lecture de ce livre.
Et vu le niveau de formation des médecins, ce sont aux patients de se reconnaître.

J'ai une connaissance à Paris qui en lisant ce bouquin n'y a même pas vu une notion de QI. Elle a juste compris qu'elle était en sous régime intellectuel, travaillé sur elle, sur ce qu'on attendait d'elle , changer de travail, de mode de vie.

Les HP concernés par ce genre de bouquins sont justement des personnes qui n'ont pas pu pour de multiples raisons exprimer leurs différences et je n'en connais pas vraiment qui aillent " bien" dans ces conditions.


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Theorbe (Théo)
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1037
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 03 Décembre 2017, 1:11
C'est la critique qui lui est généralement faite. Effectivement, beaucoup peuvent se croire HP en lisant ce livre.
Je l'avais commencé, mais les premières pages sont tellement approximatives, voire truffées d'aberrations, que je n'ai pas eu le courage de poursuivre.
Que veux-tu, quand on prétend que l'observation de quelques cas suffit à établir des règles générales, que c'est même une méthode plus fiable que l'étude scientifique, je suis gênée.
Il faut ajouter que ses observations ne sont faites que sur ses patients, donc un échantillon non représentatif de la population. Il en découle nécessairement qu'être HP = être en souffrance (à priori, seuls ceux qui ne vont pas très bien vont consulter un psy).
Je pense que beaucoup de personnes à haut potentiel se portent merveilleusement bien. Et heureusement, sinon le HP serait une tare.


Karo, je confirme, tu as toute ta tête; c'est exactement ce que je pense... et tu l'as bien dit !
Calista, je te comprends; et ce que Karo et moi pensons ne vient pas contredire ce que tu as dit.

<bises aux deux ;)


Consommations: 700-900 mg tramadol; + d'1/2 litre de schnaps 55° (+ de 24 UA) et bière (+ de 14 UA) + 10-20 baguettes LEXOMIL par jour.
Adhésion et dons faits.
Dose 40-30-30-20 +/- 10 à 30. 120 mg/jour
Plus d'alcool le 19/11/2017, tramadol et BZD stoppés d'un coup le 14/10, le lendemain d'une crise d'Hépatite-Pancréatite-Gastrite sans Hp due au tramadol=gastro-toxique et à l'alcool. Stéatose hépatique majeure.
Obligation d'être abstinent - S'ils pouvaient souffrir, ils sauraient.
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 03 Décembre 2017, 10:33
Non les avis de chacun sont très intéressants justement.

Le malaise ressenti par la crainte de l'effet Barnum de se retrouver dans la description peut mener à une réflexion plus poussée tout comme elle peut tout simplement auto-disqualifier la personne qui s'est sentie concernée.

Et nous savons aujourd'hui, à quel point, une grande catégorie de ces personnes n'ont aucune clé pour s'identifier.Ce n'est pas pensable, ce n'est pas l'image qu'on leur a renvoyé, en pratique, dans leurs vies, il n'y a pas d'éléments tangibles favorables à la possibilité d'une douance.
Pourtant 10 ans après, ces constations non scientifiques (et les choses bougent)tirées de la patientèle d'une myriade de psys montrent une évidence, les performances intellectuelles de ces personnes en décalage permanent, agissant avec un (ou plusieurs) faux self, se consumant de l'intérieur avec un niveau d'anxiété hors norme sont tout simplement bien au dessus de la moyenne.
Parce que s'en rendre compte et utiliser ces capacités par la suite permet de se recentrer, permet de se libérer de ce "con" de faux self et de mieux maîtriser son anxiété.

Utilisant ce livre, souvent en première intention, auprès de personnes qui ont besoin de prendre conscience de leurs capacités (et je l'ai fait ici aussi), je souhaitai apporter mon point de vue.
Je peux d'ailleurs envoyer le lien du livre "Trop Intelligent pour être heureux" ainsi que celui de "Je pense trop" si certains ont envie de le découvrir.


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Laurent... [ʇuǝɹnɐl]
  • Age : 47 ans
  • Messages : 720
  • Inscrit : 30 Novembre 2016
  Lien vers ce message 03 Décembre 2017, 11:10
Je peux d'ailleurs envoyer le lien du livre "Trop Intelligent pour être heureux" ainsi que celui de "Je pense trop" si certains ont envie de le découvrir.


Cela m’intéresse Calista. Merci d'avance.

Je te réitère ma question; pourquoi ne pas placer ce fil en visible pour tous ?


Adhérez ! Car vous aussi pouvez participer à ce combat que l’Association BACLOFÈNE mène depuis des années. Plus de 10 670 membres inscrits pour 150 adhérents! Aidez-les, aidez-vous, aidons-nous les uns les autres.
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 03 Décembre 2017, 11:21
Salut Laurent,

Je t'envoie cela.

Je n'ai pas de soucis à passer ce fil en public, au départ je m'adressais aux personnes que je connaissais ici sans penser qu'il pourrait être lu par des gens extérieurs qui feraient des recherches liant la surefficience mentale et les addictions.
A moins que cela gène des personnes qui y ont participées précédemment (qu'elle m'envoient un MP) je demanderai à Sylvie de le passer en public au cours de la semaine prochaine.


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de elljo
  • Messages : 4113
  • Inscrit : 07 Septembre 2014
  Lien vers ce message 03 Décembre 2017, 18:56
Salut Calista,

Je suis intéressée aussi par ces liens.


L' ennemi est bête, il croit que c' est nous l 'ennemi, alors que c' est lui
Pierre Desproges
Adhésion faite
 
Avatar de Sam70
  • Age : 47 ans
  • Messages : 286
  • Inscrit : 29 Mars 2012
  Lien vers ce message 05 Décembre 2017, 17:02
Je soutiens le passage de ce fil en public.
Il est riche d’enseignements et les nouveaux venus ou ceux de passage peuvent aussi y trouver intérêt.


http://www.o-ameisen.org/
https://twitter.com/O_Ameisen_assoc
contact@o-ameisen.org
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 17:10
Hello Sam. Merci pour ton soutien ;-)

Le fil est passé en public. Merci Sylvie.

J'en profite pour dire que comprendre que nous avons des capacités hors norme n'est pas une fin en soi. Cela ne sert même pas à grand chose si l'on vient d'y penser ou de le découvrir et qu'on pense qu'on a tout raté, qu'on est inapte, nul, inadapté, limité.
Sans compréhension du pouvoir thérapeutique et reconstructif d'une telle découverte, cela pourrait même renforcer l'idée qu'on encore plus mauvais que les autres: "avec tout cela,soit disant en plus, je n'ai même pas réussi à faire le quart de ce que les autres font naturellement. Il y a donc bien quelque chose qui est cassé chez moi, je mérite les échecs qui m'arrivent. « Et les idées en boucle repartent de plus belle.

L'objet de mon engagement est justement parce qu'il y a un sens, non pas à comprendre qu'on est au-dessus des autres mais à comprendre que notre cerveau fonctionne surtout profondément différemment.

Il y a des personnes présentant les caractéristiques du Haut potentiel qui réussissent, qui ne sont pas submergés par leur hypersensibilité, qui ont la latitude d'utiliser ces capacités au seul bénéfice de leurs objectifs de vie. Je les appelle justement les surdoués. A peu de choses près, ce sont d'ailleurs des profils qui étaient détectés il y a 20 ou 30 ans. Des petites machines de guerre en classe, il leur suffisait de sauter des classes pour montrer leur potentiel.

Depuis 10 ans et justement parce que des études ont commencé à émerger sur ces fameux surdoués, on s'est rendu compte qu'il y avait une autre catégorie de personnes qui semblaient présenter les mêmes capacités cognitives. Ces recherches ont émergé, quand dans les cabinets de psy, les parents qui accompagnaient leurs enfants surdoués tout à coup prenaient conscience qu'ils présentaient, non pas les mêmes fulgurances mais les mêmes anecdotes, les mêmes souffrances qui pouvaient les accompagner.

Il a fallu avant sortir de quelques idées reçues:
Non un enfant précoce ne redevient pas un adulte dans la norme plus tard
Non un enfant présentant des hauts résultats aux test d'évaluation cognitive ne présente pas toujours de bons résultats en classe
Non, même une douance qui n'a pas été exploitée pleinement ne se perd pas

Au début de mes découvertes,et en écrivant mes premiers posts, j'étais persuadée que c'était le seul environnement qui était déterminant pour différencier ce fameux surdoué, d'un enfant haut potentiel non détecté et non réalisé.
Ca me semblait évident: comprendre qu'un enfant trop demandeur, trop curieux, trop sensible qui grandit dans une une famille où on ne parle pas, où on perçoit d'un mauvais oeil les différences, s'adapte très tôt à ce qu'on attend de lui (et en particulier à cause de son hypersensibilité donc son hyper ressenti)pour se faire accepter. Se suradapter dès les premiers mois, les premières années pour se faire aimer. Il ne faut pas oublier qu'avant les années 2000, notre société était envahie d'idées judéo-chrétiennes très ancrées. Des idées basées sur le jugement, la rédemption,l’abnégation, la moyenne. Et je pense que ce n'est pas pour rien que ces "surdoués" émergeaient dans des milieux privilégies où justement on a l'habitude de prendre ses aises avec ces idées clivantes.
En comprenant que je m'étais suradaptée aux attentes de ma maman, j'ai ainsi pu refaire une première lecture de ma vie depuis ma naissance. Accepter, comprendre que lorsque un petit être "trop", un petit être différent arrive dans la vie, il débarque aussi chez des gens qui ont leurs croyances, leurs peurs, leurs attentes. Cela a suffi au départ pour me soulager et commencé à réavancer.Parce que comprendre que ces gens, pour quels que raisons que ce soient, ne pouvaient pas accueillir cette différence de façon bienveillante remettait en cause la nature même de rejet que j'avais ressenti.
La culpabilité et la honte liées à ce ressenti de rejet commençait à se lever.
Il y a des psychologues aujourd'hui qui aident les personnes Haut potentiels sur cette seule base.

Comprendre la suradaptation commune à la plupart de ces enfants, comprendre le faux self, ce masque qui "aide" cet enfant puis l'adulte à exister dans ce monde normé est une première lumière pour commencer à travailler sur soi. "je ne suis pas tout seul à m'être caché derrière ce masque, nous sommes des millions dans le monde à avoir adopté le même système de protection. Et nous ressentons tous ce même décalage". Et puis quoi? Que se passerait il si on tombait le masque? Découvririons nous une personne mauvaise ou , pire, dans le cas où nous aurions la capacité d'identifier plusieurs qualités serions nous confronté à avoir le sentiment d'avoir "gaché" ce que nous aurions pu faire mieux ? Les relations que nous avons protégé en mettant ce masque, disparaitrait-elle?
Des boucles, des boucles et encore des boucles. Parce que c'est important de la rappeler. Le fonctionnement différent dont on parle ne permet aucune pause. Pas de bouton stop sur la machine.
Des ressentis qui sont perçus trop "plus" fort que la normale, des attentes allant "au delà" de la norme, une compréhension générale et non séquentielle, une suradaptation par rapport à un environnement non conforme à nos besoins et surtout un besoin, une boulimie de stimulation cognitive non assouvis peut mener une personne présentant les caractéristiques haut potentiel à créer des troubles allant jusqu'à avoir des comportements auto-destructeurs.

Une énergie phénoménale, inimaginable qui, si elle ne se met pas au profit de nourrir ce besoin cognitif ,se met au service du travail d'auto sabotage que nous avons commencer en se suradaptant socialement dès nos premiers mois.

C'est normal quand on repense non seulement à ce cerveau qui ne se met pas sur pause et qu'on se rend compte à quel point nous avons la capacité de ressasser nos pensées négatives en boucle.

Je vous propose un lien d'un "copain facebook" qui parle de cette énergie. En fait il parle de nos comportements addictifs liés à ce besoin hors norme quand il n'est pas optimisé à le nourrir de façon cohérente. Des heures et des heures passées à tenter de s' échapper de ces boucles.
https://www.youtube.com/watch?...eature=youtu.be
Il s'agit d'une personne qui avait été détecté HP enfant mais pour une raison ou une autre qui n'a pu être accompagné dans sa différence jusqu'à la laisser de côté jusqu'à ces dernières semaines. Il avait été diagnostiqué bipolaire et prenait un traitement lié à la bipolarité.
Ce n'est pas un professionnel, c'est sa vision des HP qu'il donne.

On pourrait faire n'importe quoi pour s' échapper de ce flux d'informations. Travailler, jouer à des jeux répétitifs, rester poser dans un canapé en imaginant des mondes imaginaires ou au contraire faire tout un tas de petites choses qu'on se dit nécessaire, et bien sur boire, engloutir des médicaments, manger... si je lançais un post, il y aurait peu de limites à trouver tous les subterfuges que nous trouvons inlassablement pour ne plus penser.

Sam, plus tôt, indiquait qu'en ayant un cerveau qui peut être évalué par les psychologues à plus de 130 selon les tests en vigueur actuellement , ce cerveau travaille comme un réseau quantique en opposition avec un cerveau qui travaille de façon linéaire et séquentiel. On peut s'en rendre compte justement quand nous nous sommes libérés de quelques bug (liés à cette suractivité).

Le problème des personnes haut potentiels qui n'ont pu découvrir leur douance plus jeune, c'est qu'on ne fait plus confiance en ce cerveau. Certains, dont je fais partie, vont jusqu'à penser qu'ils sont fous, d'autres se mettront dans des cases qui leur semblent adaptées : borderline, bipolaire, schizophrène..
On a laissé la place à un tyran intérieur qui filtre tout ce qui y entre et monopolise toute la place. De plus tout ce qu'on a ressenti de façon plus forte que la moyenne est venu s'entasser dans notre cerveau pour le plus grand plaisir de cette petite voix infernale.

Je mets en pièce jointe plusieurs pages du livre « Je pense trop » de Christel Petitcollin pour étayer mes propos.
Vivre cet enfer qui mène à l'angoisse généralisée, aux comportements limites et aux addictions n'est pas une fatalité.
Fichier joint
Télécharger
Fichier téléchargé 7 fois (Je-pense-trop-Christel-Petitcollin 41 à 47.pdf ; 205.2 KO)
Pages 41 à 47 Je pense trop


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Theorbe (Théo)
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1037
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 18:28
Très intéressant ton exposé Crista.
Bon, je n'ai pas FB et autres réseaux; uniquement ce site pour échanger.
Et - tu le dis d'ailleurs très bien dans ton exposé - j'ai une forme de réticence instinctive à me dire que - peut-être - tout ceci serait vrai et que j'en ferais partie.
Si je ne suis pas bien certain de ne pas faire partie des "doués" de ma génération, ni même certain de ne pas faire partie des +/- 2 sigma de la courbe de Gauss, je suis certain de mon inadaptation à la société actuelle...
Je n'ai pas de traits psychotique, de personnalité de type bordeline, non, juste l'impression d'une grande névrose.

Des passages qui me parlent très forts; j'étais la petite machine de guerre dont tu parles, mais mes parents ne s'en sont jamais souciés - ma mère ne souhaitant juste que je reste avecelle, pour supporter notre pervers de père; mon père, qui ne connaît même pas ma date de naissance, lui, se foutait de moi; juste UNE chose; devoir être le premier, sinon, une baffe.
Je mélange un peu tout; mais ton texte est très intéressant !

WILHELM FURTWÄNGLER - La Moldau de B. Smetana


Consommations: 700-900 mg tramadol; + d'1/2 litre de schnaps 55° (+ de 24 UA) et bière (+ de 14 UA) + 10-20 baguettes LEXOMIL par jour.
Adhésion et dons faits.
Dose 40-30-30-20 +/- 10 à 30. 120 mg/jour
Plus d'alcool le 19/11/2017, tramadol et BZD stoppés d'un coup le 14/10, le lendemain d'une crise d'Hépatite-Pancréatite-Gastrite sans Hp due au tramadol=gastro-toxique et à l'alcool. Stéatose hépatique majeure.
Obligation d'être abstinent - S'ils pouvaient souffrir, ils sauraient.
 
Avatar de Theorbe (Théo)
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1037
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 19:50
36.9° - Surdoués, Haut Potentiel de souffrance ?

Je suis tombé dessus par inadvertance...

Des choses que je vis/ai vécues au quotidien. Ça me scotche.
Message édité 1 fois, dernière édition par Theorbe (Théo), 10 Décembre 2017, 20:03  

Consommations: 700-900 mg tramadol; + d'1/2 litre de schnaps 55° (+ de 24 UA) et bière (+ de 14 UA) + 10-20 baguettes LEXOMIL par jour.
Adhésion et dons faits.
Dose 40-30-30-20 +/- 10 à 30. 120 mg/jour
Plus d'alcool le 19/11/2017, tramadol et BZD stoppés d'un coup le 14/10, le lendemain d'une crise d'Hépatite-Pancréatite-Gastrite sans Hp due au tramadol=gastro-toxique et à l'alcool. Stéatose hépatique majeure.
Obligation d'être abstinent - S'ils pouvaient souffrir, ils sauraient.
 
Avatar de Lointain yann
  • Age : 43 ans
  • Messages : 1458
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 20:17
Bon, ben, moi, j'crois que je vais aller faire un tour...
Message édité 1 fois, dernière édition par Lointain yann, 10 Décembre 2017, 21:41  

Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 5 prises de 40 et 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/201. Adhésion faite.
 
Avatar de Theorbe (Théo)
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1037
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 20:23
Bon, ben, moi, j'crois que je vais aller faire faire un tour...


Je t'ai froissé ?


Consommations: 700-900 mg tramadol; + d'1/2 litre de schnaps 55° (+ de 24 UA) et bière (+ de 14 UA) + 10-20 baguettes LEXOMIL par jour.
Adhésion et dons faits.
Dose 40-30-30-20 +/- 10 à 30. 120 mg/jour
Plus d'alcool le 19/11/2017, tramadol et BZD stoppés d'un coup le 14/10, le lendemain d'une crise d'Hépatite-Pancréatite-Gastrite sans Hp due au tramadol=gastro-toxique et à l'alcool. Stéatose hépatique majeure.
Obligation d'être abstinent - S'ils pouvaient souffrir, ils sauraient.
 
Avatar de Lointain yann
  • Age : 43 ans
  • Messages : 1458
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 20:29
:fsb2_wink: Meuh non, Théorbe, t'inquiètes, tu n'as rien à voir avec ça.

Bises.


Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 5 prises de 40 et 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/201. Adhésion faite.
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1851
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 21:10
Belle analyse Calista, bravo et merci!

Ton "copain FB" dit que les"zèbres" se lassent de leur addiction, et qu'ils en changent.
Il cite l'exemple de l'addiction à l'alcool, de laquelle il s'est détaché "comme ça".
Plutôt en contradiction avec nous tous ici sur le forum.
Je ne vais pas me lancer dans une analyse de cette vidéo, mais elle ne me semble pas être une bonne référence. Si j'avais commencé mon parcours de découverte par cette vidéo, je me serais immédiatement dis que je n'avais rien à voir avec le HP.

Il y a des choses beaucoup plus intéressantes à tirer de ton texte.


Adhérez! Pour que d'autres se libèrent de leur addiction et pour que vive l'association.

Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement.Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 21:56
En ce qui me concerne l'alcool n'a pas toujours été présent. Il est arrivé en fin de parcours d'une longue série de comportements addictif.Remolacer l'alcool par des jeux comme Candy Crush ou d'autres comportements addictif ( comme la lecture compulsive du forum) est certes meilleur pour notre foie et nos artères et plus acceptée socialement mais c'est néanmoins Un comportement addictif qui vient polluer notre fonctionnement.

Je le vois d'ailleurs en baissant ou arrêtant l'alcool, je mets ( mettais) en place immédiatement une autre source d'addiction.

Pour une personne qui est loin de penser être HP, ce n'est certainement pas la meilleure video mais il y a aussi des personnes qui savent qu'elles fonctionnent différemment depuis tout petit et des personnes qui savent qu'elles sont HP.

Je mettrai d'autres vidéos qui parlent du déni dans la soirée ou demain.


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Hors ligne jmv Masculin
Avatar de jmv
  • Age : 55 ans
  • Messages : 662
  • Inscrit : 28 Décembre 2014
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 22:13
Citation
comportements addictif ( comme la lecture compulsive du forum)

Euh oui j'ai cette assuétude aussi.

Et ça, c'est la quadrature du cercle car...

Pour être indifférent à une addiction, on prend du baclo. Et pour un bon suivi du baclo, c'est ici que ça se passe.


62,5 8h
50 12h00
75 16h00
37,5 19h
12,5 au coucher
Indifférence depuis le 3 aout 2017 - aucun EI -
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 625
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 22:21
36.9° - Surdoués, Haut Potentiel de souffrance ?

Je suis tombé dessus par inadvertance...

Des choses que je vis/ai vécues au quotidien. Ça me scotche.


Merci pour ce partage Théo.

C'est une des vidéos qui m'a beaucoup parlé pour m'aider à comprendre que j'étais concernée et que je me repasse encore.


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1851
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 22:26


Merci Théo pour le lien!

Petite confidence: je me fais une playlist avec tes références


Adhérez! Pour que d'autres se libèrent de leur addiction et pour que vive l'association.

Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement.Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Theorbe (Théo)
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1037
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 10 Décembre 2017, 23:54


Merci Théo pour le lien!

Petite confidence: je me fais une playlist avec tes références


Arrête, je vais avoir la pression : sur you tube, il y a un peu de tout... et ce ne sont pas tjs des enregistrements "de référence".

Mais je suis très honoré, merci ;)
Message édité 1 fois, dernière édition par Theorbe (Théo), 10 Décembre 2017, 23:58  

Consommations: 700-900 mg tramadol; + d'1/2 litre de schnaps 55° (+ de 24 UA) et bière (+ de 14 UA) + 10-20 baguettes LEXOMIL par jour.
Adhésion et dons faits.
Dose 40-30-30-20 +/- 10 à 30. 120 mg/jour
Plus d'alcool le 19/11/2017, tramadol et BZD stoppés d'un coup le 14/10, le lendemain d'une crise d'Hépatite-Pancréatite-Gastrite sans Hp due au tramadol=gastro-toxique et à l'alcool. Stéatose hépatique majeure.
Obligation d'être abstinent - S'ils pouvaient souffrir, ils sauraient.
 
Répondre Remonter en haut de la page




forum baclofene