Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Baclo...en cours

Administrateur
Avatar de Sylvie
  • Messages : 31178
  • Inscrit : 07 Mars 2011
  Lien vers ce message 13 Novembre 2017, 9:56

Reprise du dernier message

Des molécules proches du baclo sans EI, c'est ce sur quoi semblent travailler des chercheurs/labos aux USA
Manque de pot, il va falloir patienter plusieurs années, voire décennies
Parce que là pour le coup, elles ne seront pas disponibles avant test, re test et re re test
Message édité 1 fois, dernière édition par Sylvie, 13 Novembre 2017, 9:56  

Merci mille fois à celui qui a eu la générosité de partager sa découverte avec nous ...

Il faut que nous soyons nombreux : Adhérez

A lire pour comprendre ce qu'est le baclofène.
Notre livre Baclofène la fin de notre addiction, les alcooliques ne sont plus anonymes ....
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 13 Novembre 2017, 12:40
Coucou Karo,

Je te lis et je te comprends quant aux E.I.
L'image de soi aussi, comme on le sait bien.

As-tu un, beaucoup, bu, hier soir ?

Bises.

Yann.


Non Yann, pas énormément.
Un verre en appelle un autre, voilà tout (les verres sont petits, mais je crois que c'est la quantité totale qui compte.
Pas de gueule de bois ce matin en tout cas, c'est déjà ça!


Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
En ligne jmv Masculin
Avatar de jmv
  • Age : 55 ans
  • Messages : 515
  • Inscrit : 28 Décembre 2014
  Lien vers ce message 13 Novembre 2017, 14:32

Un verre en appelle un autre, voilà tout (les verres sont petits, mais je crois que c'est la quantité totale qui compte.
Pas de gueule de bois ce matin en tout cas, c'est déjà ça!


C'est toujours ça le problème. Le verre qui appelle un autre. Mais si verres petits, plus de gueule de bois, c'est que ça marche.
Tu es à combien d'UA / jour actuellement ?
En combien de temps pour vider un verre ?


62,5 8h
50 12h00
75 16h00
37,5 19h
12,5 au coucher
Indifférence depuis le 3 aout 2017 - aucun EI -
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 13 Novembre 2017, 14:46
Je plaisante avec l'histoire de la taille du verre, parce que bien évidemment que si celui-ci se rempli plus souvent, ça ne change pas la quantité au final.
Quoique le fait de choisir inconsciemment un verre de plus petite contenance marque sans doute un changement d’attractivité pour le breuvage. Dans mes grands jours, j'opte directement pour le verre à moutarde (verre à pied tout de même!).
Combien d'unités? Hier, peut-être 2 ou 3. Pas de quoi fouetter un chat, je sais. Mais c'est trop.
Et le vin est toujours très bon.
Tu me fais réaliser que je bois assez vite en fait.
Merci

Edit: Tu as raison,le baclo agit. Je ne suis pas à mon seuil, c'est tout! +10 today!
Message édité 1 fois, dernière édition par Karo, 13 Novembre 2017, 14:47  

Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
En ligne jmv Masculin
Avatar de jmv
  • Age : 55 ans
  • Messages : 515
  • Inscrit : 28 Décembre 2014
  Lien vers ce message 13 Novembre 2017, 15:11
Je plaisante avec l'histoire de la taille du verre, parce que bien évidemment que si celui-ci se rempli plus souvent, ça ne change pas la quantité au final.
Quoique le fait de choisir inconsciemment un verre de plus petite contenance marque sans doute un changement d’attractivité pour le breuvage. Dans mes grands jours, j'opte directement pour le verre à moutarde (verre à pied tout de même!).
Combien d'unités? Hier, peut-être 2 ou 3. Pas de quoi fouetter un chat, je sais. Mais c'est trop.
Et le vin est toujours très bon.
Tu me fais réaliser que je bois assez vite en fait.
Merci

Edit: Tu as raison,le baclo agit. Je ne suis pas à mon seuil, c'est tout! +10 today!


Le fait de choisir un plus petit verre b'est peut-être pas si anodin
Dans mon cas, je choisissais un petit verre parce que quand je voyais la "masse" de vin ou de bière ( spéciale à 33cl par verre) ça me rebutait. Malgré que je n'étais pas encore indifférent. J'arrivais à boire 2-3 petits verres mais pas un grand.

Meme si ça ne change rien au final en terme de quantité.

Que tu bois assez vite ? Mon objectif était inverse, zut!


62,5 8h
50 12h00
75 16h00
37,5 19h
12,5 au coucher
Indifférence depuis le 3 aout 2017 - aucun EI -
 
Avatar de Florence...
  • Age : 55 ans
  • Messages : 6468
  • Inscrit : 11 Avril 2014
  Lien vers ce message 13 Novembre 2017, 17:04
Par rapport aux quantités prises en une seule fois ou en plusieurs fois, voilà un extrait de ce que j'ai écrit sur mon fil le 9 novembre :
"Alors dans un premier temps, j'ai observé ma consommation sans la moindre restriction.
Admettons 20cl de pastis pur par apéro (c'est à peu près ce que je consommais, un peu moins parfois un peu plus d'autres fois).
En fait avant, cette quantité, je la buvais en en prenant 8cl (par exemple), puis 8 autres, puis...
Je crois que ça me permettait de faire la politique de l'autruche à savoir que ça ne me donnait qu'une idée floue, puisque morcelée, de ma consommation.
Là, je me suis versée 20 cl d'un coup, et mon objectif n°1, c'était de ne pas me resservir.
"
Donc oui, quand la dose qu'on s'enfile est matérialisée dans un seul verre, c'est quelque chose de très dérangeant.
De même, alors que j'ai toujours bu mon pastis sec, je me le servais dans un grand verre cylindrique et non pas dans un verre à pastis qui est très étroit à la base.
Ainsi, la quantité paraissait moindre.
J'essayais de me leurrer en quelque sorte.

Quant à la vitesse à laquelle j'ingurgitais cela, ça a toujours été très lent.
Je n'ai jamais aimé boire rapidement et mon apéro durait des heures.
J'attachais beaucoup d'importance à cette durée.
Invitée chez des amis, j'étais toujours frustrée à cause de ça.
Maintenant encore, le seul apéro hebdomadaire que je me permette dure au moins une heure et souvent plus, pour n'avaler que 2 unités et ne pas avoir besoin de plus.


Dialogue extrait du Petit Prince de St Exupéry
Que fais-tu là ? Je bois. Pourquoi bois-tu ? Pour oublier. Pour oublier quoi ? Pour oublier que j’ai honte. Honte de quoi ? Honte de boire !
Ma confiance ne se mérite pas. Je la donne sans condition et la retire sans sommation.

 
Avatar de Manue
  • Age : 47 ans
  • Messages : 25194
  • Inscrit : 01 Aout 2013
  Lien vers ce message 13 Novembre 2017, 17:08
Si tu souffres des EI, 2 solutions, augmenter seulement de 5 mg, tu coupes le comprimé en deux, et ensuite, tu attends que les EI se tassent
Et puis, augmenter le nombre de prises, pour que chaque prise soit plus légères, quitte à commencer plus tôt le matin, la dose totale est importante également


Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends - Nelson Mandela
 
Avatar de 🌞Calista
  • Messages : 589
  • Inscrit : 14 Septembre 2014
  Lien vers ce message 14 Novembre 2017, 0:01
Si tu souffres des EI, 2 solutions, augmenter seulement de 5 mg, tu coupes le comprimé en deux, et ensuite, tu attends que les EI se tassent
Et puis, augmenter le nombre de prises, pour que chaque prise soit plus légères, quitte à commencer plus tôt le matin, la dose totale est importante également


Je le trompe peut être mais je crois que Karo veut parler du ralentissement cérébral, de la difficulté de se concentre, des micro endormissements, du sommeil perturbé.
Comment réussissais tu à être efficace si travail sous baclo?
Y a y-il beaucoup d'exemples de personnes qui arrivent à mener une vie professionnelle sans problème?

De mon côté je n'arrive pas à monter au-dessus de 100 sinon il m'est impossible d'attaquer mon travail ( sur ordi et sui demande concentration et réflexion).

Comment avez vous fait?


Sens en éveil
70 mg
Chantier en cours
Chantier d'avant presque terminé
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 15 Novembre 2017, 2:26
Je pense que je pourrais monter à 300 mg et être toujours alcoolique.
Parce que ce n'est plus un problème de dépendance.
J'ai eu une pause dans ce cheminement qui a duré deux ou trois mois, qui correspond à une période de motivation et d'optimisme. Il ne fait aucun doute que si cet état d'esprit avait perduré alors je ne serais plus maintenant aux prises avec l'alcool.
Mais il n'a pas tenu, je me suis sentie de nouveau aspirée par la force sombre de mon être.
Alors j'ai bu.
J'avais entamé des démarches pour faire évoluer mon existence et lui donner un peu de sens, et tout s'est arrêté, brutalement.
Je suis choquée, brutalisée, terriblement malmenée par un panel d'émotions et de pensées négatives.
Je ne bois pas des quantités affreuses, mais je bois!
Je me heurte à mes propres limites à chaque pas. Une pensée positive est nécessairement suivie de deux, trois, un nombre infini de pensées négatives.


Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de martha
  • Messages : 6091
  • Inscrit : 05 Mai 2012
  Lien vers ce message 15 Novembre 2017, 3:40
KARO,

juste un coucou


j'avoue que je n'ai pas tout suivi
quelques soucis personnels


mais, ne te décourage pas
le traitement / mieux être par le baclo n'est pas linéaire


et je pense que tu es quelqu'un qui a des ressources importantes


bises
 
Avatar de Laurent... [ʇuǝɹnɐl]
  • Age : 47 ans
  • Messages : 656
  • Inscrit : 30 Novembre 2016
  Lien vers ce message 15 Novembre 2017, 18:31
Merci Laurent et JM pour votre témoignage.
Cela me donne une meilleure appréciation de ce qu'est "n'avoir pas d'EI" (tant mieux pour vous, mais c'est injuste vous en conviendrez, on n'est pas sensé guérir de l'alcoolisme sans souffrance :fsb2_godgrace: )
J'ai rencontré un baclovore IRL qui avait une énergie décuplée sous baclo (sport, travail, sorties... certainement de l'hypomanie bien utilisée_ je suis jalouse).

Je viens de passer deux jours sans alcool ou presque, mais ce soir la musique a changé.

Je connais le protocole!

Edit: Par rapport au post de Calista. Cette question me titillais. Je me souviens Laurent que tu avais posté que tu avais baissé le baclo trop rapidement parce que tu voulais "solidifier" à nouveau ton cerveau!


C'est vrai que cela est injuste... :fsb2_godgrace:

Au tout début de mon traitement j'étais très inquiet concernant ces fameux EI. La vidéo sur le sujet ne m'avait pas rassuré. Mais, je me suis dit et répété à chaque prise que ce médicament ne pouvais pas faire de mal, mais au contraire que du bien. Autosuggestion ? Quoi qu'il en soit, je n'ai eu aucun EI, mais plutôt comme évoqué ci-dessus des ES (et non pas de EI) à forte dose avec parfois des acouphènes (la des EI). Je me suis toujours interrogé sur le fait que je n'ai pas d'EI contrairement à d'autres qui en souffrent. Pourquoi ? Est-ce le fait que je n'ai jamais pris d'AD ?

Concernant la concentration, avec les hautes doses, ce n'est pas la panacée... Comme mon craving était le soir, c'était moins contraignant pour mes prises et me permettait de travailler. Mais je reconnais que je cherche encore parfois mes mots, problemes de mémoire, des problemes cognitifs qui m'ont obligé à descendre à un seuil plus acceptable. Cela rend le travail plus difficile, mais je crois que le fait de cogiter permet de se maintenir.

Je ne suis monté à 350 mg, seulement pour tenter d'enrailler l'apéro du soir... Un habitude plus qu'un besoin, comme le geste de porter une cigarette à la bouche. Ce que l'on appel en psycho rester bloqué au stade oral... C'est la que l'on comprend que le baclo ne fait pas tout ! Il y a une démarche personnelle à réaliser. Comme le rappel le document de l'association, réaliser une thérapie cognitive (TCC) ou hypnose qui semble marcher pour certains comme l'EMDR.

Comme je l'ai dit, fort heureusement que je travaille. Cela permet de me concentrer sur autre chose et m'apporte un bienfait stimulant (état d'esprit). Il faut être en mouvement, se poser des défis (motivation). Certes petit à petit, mais "se faire violence" (je n'aime pas ce terme, mais il est approprié). Lorsque je me retrouve seul chez moi pour travailler, c'est comme à ton instar karo, que ces foutus pensées négatives apparaissent. Il faut apprivoiser le hamster (ego) afin de sortir de ce mode de fonctionnement.

Je peux boire aussi, rien de vraiment dramatique ! Car il n'y a plus la recherche de l'ivresse ou de l'interrupteur pour faire OFF. Un verre qui en appel un autre avec une soif digne d'une pépie serait pour moi synonyme de rechute. Le terme "gueule d'affamée" de LEE me plait bien et correspond à cette sensation incontrôlable désormais disparue. Si tu l'as encore, c'est une rechute.

C'est la raison pour laquelle je n'ai plus besoin d'une dose conséquente. Je suis redescendu de 350 à 180 (en rappel) et remonte de 50, voir 100 si je sentais un retour de craving. Aujourd'hui, je module en fonction de mes "sensations". Je monte rarement à plus de 80 voir 100 et parfois je ne prends que 40. Honnêtement à part au tout début pour la montée, je n'ai pas suivi le protocole, même pour la descente. Et tout cela sans EI... Va comprendre !?

Voila, désolé j'ai fait un peu long...


Adhérez ! Car vous aussi pouvez participer à ce combat que l’Association BACLOFÈNE mène depuis des années. Plus de 10 670 membres inscrits pour 150 adhérents! Aidez-les, aidez-vous, aidons-nous les uns les autres.
 
Avatar de Laurent... [ʇuǝɹnɐl]
  • Age : 47 ans
  • Messages : 656
  • Inscrit : 30 Novembre 2016
  Lien vers ce message 15 Novembre 2017, 18:51
Pour faire court... Le baclo te soigne c'est indéniable. L'alcool était une béquille qu'il faut remplacer. Comme un tabouret, s'il manque un pied il y a chute. La sociabilisation (comme avec ta copine de luxe) permet de compenser et de se réaliser en tant que personne.


Adhérez ! Car vous aussi pouvez participer à ce combat que l’Association BACLOFÈNE mène depuis des années. Plus de 10 670 membres inscrits pour 150 adhérents! Aidez-les, aidez-vous, aidons-nous les uns les autres.
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 15 Novembre 2017, 20:00
J'étais arrivée aux mêmes conclusions que toi Laurent: l'alcool est une béquille qu'il faut remplacer.
Il faut se faire violence, c'est vrai.

J'en suis encore à chercher mes capacités: j'ai passé des années à entendre mon incompétence et mes limitations (je parle des dix dernières années), et finalement cela me convenait assez. C'est simple à comprendre:
D'une part j'avais une image de moi déplorable, ayant grandi dans la critique et la négation de mon être (l'éducation peut faire des ravages sur les enfants. Jacques Salomé dit très justement que le plus beau cadeau que l'on puisse faire à un enfant n'est pas tant de l'aimer que de lui apprendre à s'aimer.)
D'autre part, j'ai eu un accident de parcours assez sérieux (accident neurologique).
Mais je garde en mémoire que cet accident m'a possiblement sauvé la vie, car j'étais alors sur une très mauvaise pente. Il n'empêche que j'ai passé 10 ans de ma vie ensuite à tenter de survivre au mieux avec des capacités cognitives amoindries sur une représentation de ma personne totalement négative.
Alors quand j'ai "obtenu" l'AAH, j'ai pensé que c'était la reconnaissance de mon incapacité, de mon incompétence. La société admettait enfin que j'étais bonne à rien et inutile. Et j'avais enfin le droit (le devoir?) de me planquer chez moi et de ne plus me battre contre moi-même pour dénicher une once d'énergie pour poursuivre une vie que je n'aimais pas.
J'avais trouvé ma place! On n'attendait plus rien de moi! C'était parfait!
Sauf que j'arrivais encore à me sentir insatisfaite, à rêver d'autre chose (la preuve étant que j'ai pris du baclo pour stopper ma consommation d'alcool).
Aujourd'hui, j'ignore quelles sont mes capacités. Je ne sais pas si j'ai des compétences. Je ne sais pas non plus quelles sont mes capacités d'apprentissage.
Et pourtant, il semble que quelque chose se soit mis en marche, qui me pousse à sortir de ma zone de confort (zone inconfortable en réalité)

Il faut se faire violence, il faut se fixer des objectifs, des défis, avancer petitement, pas à pas...
C'est extrêmement difficile parfois.

Tu as su faire cesser cette boucle infernale, Calista aussi.

Continue de me parler Laurent. Merci


Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Annaaa
  • Age : 36 ans
  • Messages : 224
  • Inscrit : 04 Octobre 2016
  Lien vers ce message 15 Novembre 2017, 21:49
Et tu y arriveras aussi Karo sois en sûre, parce que tu es là et que tu as le souhait de changer et d'avancer, pas à pas..

Ton post est poignant..

Courage et pensées bises


Début du baclofène juin 2016, 220 mg par jour depuis le 11/08/17 ( 70 mg à 12h et 14h et 80mg à 16h) indifférente depuis le 04/08/17, juste quelques consos depuis mais rien de grave car c'est déjà tellement mieux (environ 3 par mois au lieu de 15 et en étant malade 🤢) Je redécouvre la vie 🤗💃🏽
 
Avatar de Laurent... [ʇuǝɹnɐl]
  • Age : 47 ans
  • Messages : 656
  • Inscrit : 30 Novembre 2016
  Lien vers ce message 15 Novembre 2017, 21:50
Belle analyse Karo.

Tout comme moi, tu as compris ce qui t’empêche d'avancer; les messages contraignants de notre enfance. On me traitait de bon à rien, ma mère surtout. Je me suis construit ainsi. En PNL on appelle cela les drivers, soit les 5 messages contraignants inculqués à l'enfance. Grace à Cloclo, j'ai pu les mettre en exergue avec les 5 blessures de l’âme. C'est une résilience difficile à surmonter sans un travail sur soi.

Nombreux sont ceux qui dépendent de l'AAH malgré de véritables capacités. C'est effarant ! Je pense notamment à aime_aime avec qui j'ai pu échanger qui est dans ce schéma. Il a tout gâcher pour être conforme à ce que l'on pensait de lui...

Ce qui est difficile, c'est de comprendre et d'accepter. Une fois ce cap franchi, il faut sortir du schéma en arrêtant d'écouter l'hamster... La zone de confort ou la bulle, je l'ai souvent entendu ici. C'est une cage dorée... Pour cela, j'aime la signature de LEE qui reprend un post de Reiz17. Tu as conscience de cette cage, reste à trouver ta lime...

Pour ce qui est d'apprendre à s'aimer, je te renvoi à un post ou MP (je ne sais plus) que je t'ai déjà envoyé et repris d'une page de Claude...

Continue surtout à t'écouter et laisse sortir la vraie Karo. Tu verras, elle est formidable ! J'ai d'ailleurs du mal à croire que tu as un problème cérébrale, vu tes écrits et tes réflexions.


Adhérez ! Car vous aussi pouvez participer à ce combat que l’Association BACLOFÈNE mène depuis des années. Plus de 10 670 membres inscrits pour 150 adhérents! Aidez-les, aidez-vous, aidons-nous les uns les autres.
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 15 Novembre 2017, 22:16
Merci Ana
Petit à petit, nous progressons toutes les deux.



J'ai d'ailleurs du mal à croire que tu as un problème cérébrale, vu tes écrits et tes réflexions.


Mon intelligence me sert à compenser mon handicap.

J'ai fait ce fameux test des 5 blessures et j'ai écouté Lise Bourbeau sur Youtube.
Je ferai un commentaire un autre jour (j'ai besoin de réécouter), certaines choses m'ont fait mal aux oreilles.
Peux-tu me dire si son livre est plus complet.


Cadeau pour tous (et pour Annaaa)
Jacques Salomé. Comment renoncer à nos auto sabotages
Message édité 1 fois, dernière édition par Karo, 15 Novembre 2017, 22:45  

Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Laurent... [ʇuǝɹnɐl]
  • Age : 47 ans
  • Messages : 656
  • Inscrit : 30 Novembre 2016
  Lien vers ce message 16 Novembre 2017, 21:45
Salut Karo,

Mais je garde en mémoire que cet accident m'a possiblement sauvé la vie, car j'étais alors sur une très mauvaise pente.

En te relisant, je me dis que tu as perçu ton accident comme une chose bienfaitrice qui t'as empêché de continuer à faire n'importe quoi... Un mal pour un bien alors !? Car à l'époque ton intelligence n'aurait pas suffit à te raisonner...

Sauf que j'arrivais encore à me sentir insatisfaite, à rêver d'autre chose (la preuve étant que j'ai pris du baclo pour stopper ma consommation d'alcool)

Donc, tu avais suffisamment les moyens de raisonner pour ne pas sombrer dans l'alcool malgré ton handicap !?

Mon intelligence me sert à compenser mon handicap.

Je présume donc que ton intelligence aurait pu t'éviter de glisser sur cette mauvaise pente et prendre conscience de la situation...

Tel que je vois les choses, tu vivais pleinement ta vie avec des débordements de jeunesse et l'accident ta opposer une injonction... En réalité, tu t'es punie en considérant ton accident comme salvatrice. C'est quel saboteur celui-la, si l'on se réfère à Jacques Salomé !?

Je me souviens lorsque j'ai perdu mes entreprises, m'entendre dire que c'était mieux pour moi car ça ne pouvait pas continuer ainsi... Un mal pour un bien. Foutaise ! Je me mentais à moi-même afin de satisfaire mon ego. Je me suis juré de ne jamais refaire cette erreur. Foutu saboteur ! :fsb2_godgrace:

J'ai trouvé que la vidéo de "Jacques Salomé. Comment renoncer à nos auto sabotages" très intéressante. Il parle bien de ces messages contraignants que l'on nous inculque des notre plus jeune age, par un transfert transgénérationnelle. Ces 5 drivers (messages contraignants) sont pour moi le complément des 5 blessures.

J'ai lu le livre de Bourbeau en diagonale, car j'avais déjà eu toute les infos sur le web. J'ai surtout lu ma blessure dont la description est tellement criante de vérité que la réfuter ne serait que déni. Mais je ne souhaite pas développer plus ici ce sujet, car il peut faire polémique et chacun trouve ces réponses dans "ces" propres solutions.

Je trouve d'ailleurs très intéressante la démarche de Calista (pas eu l'occasion de lui dire, c'est fait !), elle ouvre une démarche qui peut être complémentaire à certaines attitudes. Cela m'a fait prendre conscience que mon fils ou moi-même pouvait être un de ces zèbres ! C'est ce qui fait la richesse de ce forum, ces membres et leurs démarches.

Ces pensées parasites nous poursuivent et sont simplement une défense créée par notre ego pour nous protéger. A l'instar d'une personne qui a vécu un traumatisme et qui créée un double (personnalité) pour se réfugier. L'EMDR permet de traiter les traumatismes de ce genre ainsi qu'une TCC. Il s'agit d'une attitude comportementale afin de répondre à un stress. Boire dans notre cas permet de soulager, sauf que nous disposons d'une déficience GABA qui nous pousse à l'alcoolisme.

A nouveau, le baclo soigne le déficit mais il reste un travail complémentaire à réaliser suivant sa propre pathologie et vécu psychologique.

Je ferai un commentaire un autre jour (j'ai besoin de réécouter), certaines choses m'ont fait mal aux oreilles.

J'aimerai ton retour sur les 5 blessures, car si cela t'a incommodé c'est qu'il y a une raison... La premiere fois que je suis tombé dessus, mon cerveau (ego) m'a dit "passe, ce n'est pas pour toi...".

Allez bises... je vais me coucher ! Je suis réveillé depuis 6h du mat...


Adhérez ! Car vous aussi pouvez participer à ce combat que l’Association BACLOFÈNE mène depuis des années. Plus de 10 670 membres inscrits pour 150 adhérents! Aidez-les, aidez-vous, aidons-nous les uns les autres.
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 17 Novembre 2017, 1:43


En te relisant, je me dis que tu as perçu ton accident comme une chose bienfaitrice qui t'as empêché de continuer à faire n'importe quoi... Un mal pour un bien alors !? Car à l'époque ton intelligence n'aurait pas suffit à te raisonner...

Sauf que j'arrivais encore à me sentir insatisfaite, à rêver d'autre chose (la preuve étant que j'ai pris du baclo pour stopper ma consommation d'alcool)

Donc, tu avais suffisamment les moyens de raisonner pour ne pas sombrer dans l'alcool malgré ton handicap !?

Mon intelligence me sert à compenser mon handicap.

Je présume donc que ton intelligence aurait pu t'éviter de glisser sur cette mauvaise pente et prendre conscience de la situation...

Tel que je vois les choses, tu vivais pleinement ta vie avec des débordements de jeunesse et l'accident ta opposer une injonction... En réalité, tu t'es punie en considérant ton accident comme salvatrice. C'est quel saboteur celui-la, si l'on se réfère à Jacques Salomé !?




Non justement, je ne profitais pas de la vie et de ma jeunesse. Il aura fallu cette pause forcée pour en prendre conscience, et pour en comprendre les raisons.
N'en déplaise à qui le veux, je ne suis pas restée 10 ans à ne rien faire! C'est beaucoup d'énergie que de remettre en question 30 ans de vie, et dans des conditions particulières.
Je ne retrouverai jamais mes capacités d'antan. J'ai toutefois l'espoir de devenir en capacité d'utiliser celles qu'il me reste à des fins plus satisfaisantes.

Très intéressante ton analyse de l'aspect "salvateur de l'accident"!
Je ne sais pas de quel saboteur il s'agit, mais c'est un mécanisme qui permet à priori d'"accepter" la réalité!


Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Theorbe
  • Age : 39 ans
  • Messages : 772
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 17 Novembre 2017, 1:47
Perso, ma nuit d'atroces douleurs de pancréatite/hépatite/gastrite m'a changé : c'est irréfragable.
G stoppé 600-950 mg de tramadol en une nuit......
Le LEXOMIL
Comme une peur immense qui m'a fait blanchir les cheveux d'ailleurs....


Consommations: 900 mg de tramadol + plus de 1/2 litre de schnaps 55° (+24 UA) et bière (14 UA) + 10 à 20 baguettes LEXOMIL par jour.
On recommence : j'avais stoppé toute consommation à 30 mg/24 h. Adhésion et dons faits.
Actuellement: 60-40-40-40 +/- 10 par jour.
0 alcool à la reprise du traitement le 14/10/2017. Mais retour d'un coup de l'alcool (rôle de l'ennui ++ et des soucis ++++).
Alcool réduit puis stoppé le 19/11/2017, 0 tramadol (stoppé d'un coup). Plus de benzo. Hépatite encore active... Pancréatite chronique légère. Gastrite antrale sans Hp
 
Avatar de Lointain
  • Age : 42 ans
  • Messages : 1376
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 17 Novembre 2017, 21:16
Coucou Karo,

"N'en déplaise à qui le veux, je ne suis pas restée 10 ans à ne rien faire! C'est beaucoup d'énergie que de remettre en question 30 ans de vie, et dans des conditions particulières.
Je ne retrouverai jamais mes capacités d'antan. J'ai toutefois l'espoir de devenir en capacité d'utiliser celles qu'il me reste à des fins plus satisfaisantes. "

Tu exprimes de manière concise l'exact enjeu qui à la fois le tien et aussi celui de nombre d'entre nous.
"(...) Remettres en question 30 ans de vie", j'ai le sentiment que c'est un boulot à plein temps.
Perso, je n'en suis qu'au début.

Bises à toi.

Yann.


Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 4 prises de 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/2017. Adhésion faite.
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 17 Novembre 2017, 22:31
Tu n'en es plus au début Yann, tu as beaucoup avancé...


Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 17 Novembre 2017, 23:18


Mais aussi le constat que je fais est que, durant la période d'alcoolisme, notre intelligence, notre capacité de discernement, notre capacité d'approche des situations n'est pas seulement altérés durant les moments d'alcoolisation, c'est 24h/24 . Notre approche globale et périphériques est tout le temps amoindrie ou altérée.


Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
En ligne jmv Masculin
Avatar de jmv
  • Age : 55 ans
  • Messages : 515
  • Inscrit : 28 Décembre 2014
  Lien vers ce message 18 Novembre 2017, 0:03
Salut Yann

Citation
Je ne retrouverai jamais mes capacités d'antan.


La citation que Karo a posté est bien vrai .

Tu peux les retrouver , mais dans mon cas, mon cerveau a réellement commencé à se réveiller 3 mois après mon indifférence.

Et tu as sur mon fil à quel point ça peut être percutant.
.


62,5 8h
50 12h00
75 16h00
37,5 19h
12,5 au coucher
Indifférence depuis le 3 aout 2017 - aucun EI -
 
Avatar de Lointain
  • Age : 42 ans
  • Messages : 1376
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 18 Novembre 2017, 12:47
Salut Jean marie,

J'ai suivi ton fil pendant ma (courte) absence du forum et la situation plus que délicate avec ta femme.
Devoir cohabiter est un événement auquel j'ai échappé.
J'espère que tu pouvoir tenir le coup sans trop te culpabiliser et que vous trouverez une solution financière qui pourra débloquer la situation.
Bon, je dis ça, en même temps, tu sors a peine de clinique, il y a ta reprise du travail, et l'ambiance chez toi :
Ca fait beaucoup de choses à encaisser et à assumer pour un seul homme.
Tu n'es pas épargné.

L' "attitude" de ta femme envers ta guérison de l'alcool reflète bien que l'alcoolisme, et aussi les T.C.A, ne sont pas compris comme des maladies à part entière.
Il aurait fallu que tu morfles davantage...que tu payes...pour tes pêchés d'alcool. Je vois le topo.

D'une manière plus générale, le seul arrêt de l'alcool, supposé trop facile avec le Baclo, selon l'avis de certain(e)s, occulte du même coup la difficulté de vivre après la consommation d'alcool pour beaucoup d'ancien(ne)s alcoolo.

Comme si l'indifférence enfin arrivée, psychologiquement, socialement, et parfois dans d'autres domaines, l'ex-alcoolo était parfaitement à l'aise dans ses baskets, sans aucun regrets, remords, sans remise en cause de sa personne, qu'il n'avait conscience de rien quant à ce que la Bouteille a pu générer de négatif dans sa vie, et alentour.

Ca ressemble à une forme de double peine : négation ou déni de la maladie comme une "vraie" maladie, puis ignorance, volontaire ou non, après guérison, de ce qui peut tourner dans la caboche de l'ex-alcoolo.

Sinon, merci pour ton témoignage quant au réveil du cerveau après l'indifférence.
Je verrai en effet dans les mois à venir comment je parviens à essayer de vivre.
Dans mon cas, je retrouverai mes capacités en acte quant ma fichue dépression me lâchera enfin la tronche.

La bise.

Yann.


Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 4 prises de 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/2017. Adhésion faite.
 
Avatar de Lointain
  • Age : 42 ans
  • Messages : 1376
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 18 Novembre 2017, 13:02
Tu n'en es plus au début Yann, tu as beaucoup avancé...


Coucou Karo,

Toi aussi, tu avances.

Je ne peux pas nier qu'il y a une différence entre mon arrivée ici et maintenant.
Mais, ce n'est que le début quand même...
Je ne vais pas écrire à nouveau des choses me concernant, pour ne pas me répéter.
On en avait bien causé : l'image de soi, etc..
Je ne peux qu'espérer que cela suive son chemin et pour toi aussi.

Et je trouve la formule de l' "auto-sabotage" très juste, car je m'y suis bien adonné aussi.
Avec le recul, c'est, pour ma part, très difficile d'en accepter les conséquences sans y voir un processus absurde, lequel pourtant s'explique par différentes causes.
Mais connaître ces causes, si cela est nécessaire dans un premier temps, ne suffit plus ensuite.
J'en suis peut-être à ce stade, je ne sais pas.


Bises.


Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 4 prises de 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/2017. Adhésion faite.
 
En ligne jmv Masculin
Avatar de jmv
  • Age : 55 ans
  • Messages : 515
  • Inscrit : 28 Décembre 2014
  Lien vers ce message 18 Novembre 2017, 13:41

L' "attitude" de ta femme envers ta guérison de l'alcool reflète bien que l'alcoolisme, et aussi les T.C.A, ne sont pas compris comme des maladies à part entière.
Il aurait fallu que tu morfles davantage...que tu payes...pour tes pêchés d'alcool. Je vois le topo.


Vieux principes judeo-chrétiennes auxquels elle adhère complètement. Ca a fait partie de son éducation


D'une manière plus générale, le seul arrêt de l'alcool, supposé trop facile avec le Baclo, selon l'avis de certain(e)s, occulte du même coup la difficulté de vivre après la consommation d'alcool pour beaucoup d'ancien(ne)s alcoolo.

Comme si l'indifférence enfin arrivée, psychologiquement, socialement, et parfois dans d'autres domaines, l'ex-alcoolo était parfaitement à l'aise dans ses baskets, sans aucun regrets, remords, sans remise en cause de sa personne, qu'il n'avait conscience de rien quant à ce que la Bouteille a pu générer de négatif dans sa vie, et alentour.

En fait oui, c'est tout à fait ça.
C'est genre:"Toi, tu vas bien, mais nous, nous sommes toujours mal à cause de toi"


Sinon, merci pour ton témoignage quant au réveil du cerveau après l'indifférence.
Je verrai en effet dans les mois à venir comment je parviens à essayer de vivre.
Dans mon cas, je retrouverai mes capacités en acte quant ma fichue dépression me lâchera enfin la tronche.


Oui, surtout travaille bien sur ta dépression, c'est super important.


62,5 8h
50 12h00
75 16h00
37,5 19h
12,5 au coucher
Indifférence depuis le 3 aout 2017 - aucun EI -
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 18 Novembre 2017, 15:22
Yann

Ton évolution est flagrante. C'est évident que tu progresses à grands pas.
Mais l'évolution suit la courbe de l'apprentissage, à savoir des moments de progression et d'autres de stagnation (des plateaux), qui sont souvent vécus comme des régressions et qui n'en sont pas (je croyais aussi qu'il s'agissait de régression). En effet, on ne revient jamais totalement en arrière. Ce sont des moments (douloureux) où les "mauvaises habitudes" refont surface (tu sais, ces discours assassins en boucle : "je suis nul(le)", "je n'ai rien fait de ma vie", "c'est bien normal si je suis seul(e) car c'est ce que je mérite"... Je te laisse poursuivre cette liste, nous pourrions remplir deux pages sans aucun effort.)
Pour faire taire cette angoisse, l'alcool est merveilleux! JM a tout compris.

Nous avançons Yann, à notre rythme, "petitement, un pas après l'autre". Mais jamais à reculons.

Quid des capacités cognitives?
C'est une grande question pour moi. Je sais que mes performances varient énormément en fonction de nombreux facteurs (alcoolisation ou non, sommeil versus manque de _je tiens ici une piste que j'énonce depuis le début de mon traitement au baclo, mais que je n'ai jamais prise en main, pourquoi?_, humeur et boucles de pensées négatives, activité, sociabilisation... (liste non exhaustive)).
J'espère bien sûr que l'alcool n'aura pas fait trop de dégâts. Mais je soupçonne que le plus gros dégât n'est pas neurologique, mais bien psychologique: nous n'avons pas été en mesure de comprendre l'origine de ce mal-être et nous étions dépourvus des capacités de mettre en oeuvre une démarche positive pour aller mieux. Nous le faisons maintenant, et c'est tant mieux. Sans alcool, cela est devenu possible.


Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Theorbe
  • Age : 39 ans
  • Messages : 772
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 18 Novembre 2017, 15:27
Coucou Karo,

"N'en déplaise à qui le veux, je ne suis pas restée 10 ans à ne rien faire! C'est beaucoup d'énergie que de remettre en question 30 ans de vie, et dans des conditions particulières.
Je ne retrouverai jamais mes capacités d'antan. J'ai toutefois l'espoir de devenir en capacité d'utiliser celles qu'il me reste à des fins plus satisfaisantes. "

Tu exprimes de manière concise l'exact enjeu qui à la fois le tien et aussi celui de nombre d'entre nous.
"(...) Remettres en question 30 ans de vie", j'ai le sentiment que c'est un boulot à plein temps.
Perso, je n'en suis qu'au début.

Bises à toi.

Yann.


Tout à fait exact Yann !


Consommations: 900 mg de tramadol + plus de 1/2 litre de schnaps 55° (+24 UA) et bière (14 UA) + 10 à 20 baguettes LEXOMIL par jour.
On recommence : j'avais stoppé toute consommation à 30 mg/24 h. Adhésion et dons faits.
Actuellement: 60-40-40-40 +/- 10 par jour.
0 alcool à la reprise du traitement le 14/10/2017. Mais retour d'un coup de l'alcool (rôle de l'ennui ++ et des soucis ++++).
Alcool réduit puis stoppé le 19/11/2017, 0 tramadol (stoppé d'un coup). Plus de benzo. Hépatite encore active... Pancréatite chronique légère. Gastrite antrale sans Hp
 
Avatar de Theorbe
  • Age : 39 ans
  • Messages : 772
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 18 Novembre 2017, 15:31
Quant aux principes judéo-chrétins.... j'adhère également.

Et on a payé en abîmant notre corps (tiens, ça devrait plaire cela aux judéo-chétiens, la souffrance, la rédemption par la mort que l'on a frôlée)...


Consommations: 900 mg de tramadol + plus de 1/2 litre de schnaps 55° (+24 UA) et bière (14 UA) + 10 à 20 baguettes LEXOMIL par jour.
On recommence : j'avais stoppé toute consommation à 30 mg/24 h. Adhésion et dons faits.
Actuellement: 60-40-40-40 +/- 10 par jour.
0 alcool à la reprise du traitement le 14/10/2017. Mais retour d'un coup de l'alcool (rôle de l'ennui ++ et des soucis ++++).
Alcool réduit puis stoppé le 19/11/2017, 0 tramadol (stoppé d'un coup). Plus de benzo. Hépatite encore active... Pancréatite chronique légère. Gastrite antrale sans Hp
 
Avatar de Lointain
  • Age : 42 ans
  • Messages : 1376
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 18 Novembre 2017, 15:52
Coucou Théorbe,

Ca m'étonne pas qu'un lecteur de Nietzsche exècre les "principes judéo-chrétien" :fsb2_wink:

C'est le meilleur aspect du philosophe au marteau. Il y en a d'autres un peu moins "sympathiques"...

Ceci dit, la rédemption par la souffrance....ou l'une des formes du nihilisme.
C'est, je crois, l'une des facettes de la "pulsion de mort" en idée et en carcan moral qui est toujours à l'oeuvre dans notre société.
La nécessité de la souffrance se décline d'ailleurs à d'autres niveaux :
Un exemple :
Pour apprendre, il faut souffrir, il faut que ça soit dur, etc...
Ah bon ? Qui a décrété ça ?...
Du coup, lorsque l'on parvient à apprendre facilement, alors que l'on était pas "destiné" à ça, dans un domaine ou un autre, c'est presque louche pour soi.
C'est un peu trop facile, un peu trop beau pour être vrai.
Ou encore la conception du désir comme manque à combler, et combler encore.
Ca on sait d'où ça vient : Platon.
Alors que -ce n'est pas de moi, hein...- le désir est une puissance qui permet de faire, d'agir.
C'est bien quand on est en dépression et que le désir vient à manquer que l'on comprend l'inanité d'une conception du désir comme un vide à remplir.
Car sortir de la dépression, c'est bien retrouver du désir en acte...

Bon, c'était ma minute philo. :fsb2_godgrace:


Je dois filer en ville mais je reviens tout à l'heure.


Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 4 prises de 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/2017. Adhésion faite.
 
Avatar de Theorbe
  • Age : 39 ans
  • Messages : 772
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message 18 Novembre 2017, 15:58
Ben dis ; et toi qui doute : tu es brillant !


Consommations: 900 mg de tramadol + plus de 1/2 litre de schnaps 55° (+24 UA) et bière (14 UA) + 10 à 20 baguettes LEXOMIL par jour.
On recommence : j'avais stoppé toute consommation à 30 mg/24 h. Adhésion et dons faits.
Actuellement: 60-40-40-40 +/- 10 par jour.
0 alcool à la reprise du traitement le 14/10/2017. Mais retour d'un coup de l'alcool (rôle de l'ennui ++ et des soucis ++++).
Alcool réduit puis stoppé le 19/11/2017, 0 tramadol (stoppé d'un coup). Plus de benzo. Hépatite encore active... Pancréatite chronique légère. Gastrite antrale sans Hp
 
Avatar de Lointain
  • Age : 42 ans
  • Messages : 1376
  • Inscrit : 09 Janvier 2017
  Lien vers ce message 18 Novembre 2017, 22:03
Coucou Karo,

C'est aussi l'un des bienfaits du Forum, à savoir que les autres peuvent voir notre évolution, surtout quand l'on est pas trop doué pour ne pas se blâmer la tête tout seul.

Je ne sais pas si j'avance à "grand pas".
Certaines choses évoluent, d'autres patinent.
Comme de juste, celles qui patinent sont celles que je n'ai jamais résolues, puis enfouies sous l'alcool.
A 27 ans, pourtant, j'avais cru faire le ménage mais le chantier était plus important que ce que j'en avais alors cru.

Ce mal être, si ancien, je n'ai qu'une solution pour en venir, peut-être, à bout.
Me forcer à faire, en me protégeant le temps qu'il faudra, avec l'affection, le soutien, la complicité, de ceux qui le voudront bien.
Et pis aussi avec le Baclo, et tout ce que la médecine pourra m'apporter de mieux, comme une T.C.C que je devrai débuter bientôt.

Bien sûr ( :fsb2_wink: ), comme toi,'ai aussi encore ces sales jours - j'en ai vécu un très récent - où tournent en "boucle" les "pensées assassines" dont tu parles et que nous connaissons si bien (je me souviens bien de nos discussions à ce sujet sur ton fil, je crois).

Une phrase mentale, une image parfois, dans un moment où je suis plus fragile qu'un autre, met la machine en route, et c'est parti pour le grand tribunal que seul l'endormissement annule - jusqu'au réveil. C'est la grande glissade noire. A la fin, je ne pense plus pouvoir m'accorder la moindre parcelle de qualité.

Parfois, c'est durant la nuit aussi. Tiens, je me suis réveillé deux fois cette nuit ; et la première fois, j'avais en tête au réveil le souvenir de mon "rêve" où j'étais en larmes, effondré, en songeant à ma rupture. Pas mal non ? "Rêver" que je pleure.

Léotard avait écrit une de ses si belles chanson où l'une des paroles était "Je rêve que je dors".
Ben moi, ça été : "Je rêve que je pleure".

Bon, c'est pas très gai tout ça...

Il n'y a plus pour moi le mirage de la Bouteille pour noyer mon coeur.
Je suis de ton avis que pour nous les séquelles, en ce qui concerne l'alcool, sont sûrement davantage psychologique.
Ici, on est nombreux dans ce cas - peut-être tous et toutes ?

Désormais, je prends aussi bien la mesure, sans alcool ou presque, de l'influence néfaste de ce mode de "fonctionnement" quant à mes "capacités cognitives".

Par exemple, je me suis aperçu (je suis très long à la détente, faut dire...) que mon imagination se débloquait les jours où je me sens plus léger, moins parasité. J'y reviendrai si tu veux bien. Sinon, je vais écrire un trop long post :fsb2_godgrace: .

Bises pour toi, Karo.

Yann.


Au nord de nul part.
<br / Début Baclo le 12/1/16. Depuis le 12/10/17 dosage à 200 mg/jour + 10 mg le soir avant le coucher.
. 4 prises de 50 mg espacées de 2 heures. Indifférent à nouveau depuis le 03/11/2017. Adhésion faite.
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message 19 Novembre 2017, 22:51
Merci pour ce post Yann.
À mes débuts sur le forum, je peinais à lire les longs posts. Je crois que j'étais trop alcoolisée, et si non alors j'étais trop fatiguée, et trop tourmentée par ces pensées en boucles.
Désormais, je suis frustrée qu'ils ne soient pas plus longs.

Je retiens ton expression "c'est parti pour le grand tribunal".
Étrangement, je ressasse un peu moins mon passé lointain. Je me répète un peu moins la normalité du traitement que j'ai reçu quand j'étais enfant puis ado (si j'avais été mauvaise, alors c'eût été normal que je sois ainsi rejetée _concordance des temps, HELP!!!). Je ne trouve plus d'excuse à mes éducateurs. Je ne pense plus que c'est moi qui ai provoqué ces comportements inadaptés.

Je prends conscience (avec effarement) de la place que j'occupe dans la société, de mon retrait de toute forme de vie sociale, de mon acceptation sans broncher de mon statut (-quo) de handicapée.
Je sais que je ne prends pas soin de moi, que je ne respecte pas mes besoins primaires, que je m'épuise ...

Mais je bois moins, le baclo agit.
J'ai beaucoup moins d'EI.
Je gère enfin mon baclo toute seule, et correctement.
L'arrêt de l'alcool n'est possible qu'avec un apaisement de l'esprit, ça marche de concert. (Je ne présume pas qui de l'oeuf ou de la poule est venu en premier).


Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Laurent... [ʇuǝɹnɐl]
  • Age : 47 ans
  • Messages : 656
  • Inscrit : 30 Novembre 2016
  Lien vers ce message 20 Novembre 2017, 21:39
Karo,

J'aime bien lire cela... Cette prise de conscience d'une parfaite analyse.

Ne reste plus qu'à trouver le déclic pour agir.

Excellent. Ça va le faire sans l'ombre d'un doute.


Adhérez ! Car vous aussi pouvez participer à ce combat que l’Association BACLOFÈNE mène depuis des années. Plus de 10 670 membres inscrits pour 150 adhérents! Aidez-les, aidez-vous, aidons-nous les uns les autres.
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message Aujourd'hui, 0:15
J'ai relu le fil de Cloclo hier soir.
20 mg, cela laisse rêveur...

Ce qui ressort (une fois de plus), c'est l'importance de s'occuper de soi (au plan psy).
Cloclo avait déjà fait un énorme travail quand il a commencé le baclo.

Mais pour la plupart d'entre nous, ce travail est tout simplement impossible tant que nous sommes noyés dans le vin (ou autre, je n'exclus pas les buveurs d'autres breuvages alcoolisés).
Certains recommanderaient une thérapie avant même de commencer le baclo. Mais la plupart d'entre nous n'a pas (ou à peine) conscience des problèmes réels qui l'enveloppent.
Nous pensons que c'est l'alcool qui est la cause de nos problèmes: l'alcool est un pansement, un médicament (une occupation aussi, une compagnie fidèle, et c'est h24 comme le dit très bien jmv).
Il arrive après! Retirons l'alcool et c'est un immense chantier qui se fait jour.

Il ressort des anciens fils (ceux qui ne sont plus en activité depuis des années parfois) que cette question de la vie sans filtre s'est toujours posée.
Il ne suffit pas d'arrêter de boire...
Et c'est ce qui explique que certains se soignent en quelques mois alors que d'autres mettent des années parfois. Les blessures sont parfois tellement profondes, l'accès aux solutions semble parfois si impossible. On cherche, on tourne en rond, on se débat, on croit tenir une piste, on croit qu'on est sur le bon chemin, on se trompe parfois.

Ce forum est peuplé de belles âmes, de belles plumes, de beaux cerveaux, et de belle musique...

Cadeau Catharsis des émotions (pour le plaisir des yeux)


Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de Theorbe
  • Age : 39 ans
  • Messages : 772
  • Inscrit : 25 Décembre 2016
  Lien vers ce message Aujourd'hui, 0:30
Superbe vidéo !
Mais comme un peu l'impression d'être ce corps qui finit par passer par un trou (là je pense à la bonde de ma douche ^^ ).....


Consommations: 900 mg de tramadol + plus de 1/2 litre de schnaps 55° (+24 UA) et bière (14 UA) + 10 à 20 baguettes LEXOMIL par jour.
On recommence : j'avais stoppé toute consommation à 30 mg/24 h. Adhésion et dons faits.
Actuellement: 60-40-40-40 +/- 10 par jour.
0 alcool à la reprise du traitement le 14/10/2017. Mais retour d'un coup de l'alcool (rôle de l'ennui ++ et des soucis ++++).
Alcool réduit puis stoppé le 19/11/2017, 0 tramadol (stoppé d'un coup). Plus de benzo. Hépatite encore active... Pancréatite chronique légère. Gastrite antrale sans Hp
 
Avatar de Karo
  • Age : 39 ans
  • Messages : 1764
  • Inscrit : 08 Décembre 2016
  Lien vers ce message Aujourd'hui, 1:32
Je bois beaucoup moins...
Je bois encore un peu chaque soir, et même une bière cet après-midi (en compagnie).
Un peu de vin le soir, mais je m'aperçois que je suis rapidement rassasiée (après un ou deux verres).
Je dois être à 2 ou 3 UA! Même l'autre soir où je me suis sentie grave stupide, un soir où les émotions négatives m'ont poussée à remettre en question toutes mes capacités, j'ai bu une bière de 50 cl, un demi verre de vin, et je suis passée à l'eau gazeuse.

Je prends 160 mg de baclo, en 4 prises 12h00/14h00/16h00/18h00
Dès demain, je fais sauter la prise de midi. Je répartirai sur les trois autres.
Je pensais me contenter des prises de 16h00 et 18h00, mais je pense finalement qu'il est préférable que je garde une couverture l'après-midi.

Je dors 6 ou 7 heures chaque nuit, et donc 2 ou 3 heures de moins qu'auparavant. Je ne suis jamais couchée avant 2H00 AM, et plus souvent à 3h00 AM. Je me reproche souvent de ne pas être levée aux aurores comme tous les travailleurs...
Mais il m'arrive de plus en plus souvent d'être reposée au réveil, et je n'ai pas mal au crâne (quelle sensation délicieuse!)

J'attribue au baclo un effet anti-dépresseur. En effet, juste avant de remonter, je présentais des signes de dépression très nets, avec des idées très sombres, qui se sont envolées spontanément quand j'ai pris 30 ou 40 mg de plus d'un coup (ce n'est pas sérieux, je sais, mais ça m'a plutôt bien réussi).
Je détourne donc un médicament déjà détourné! (c'est pour la bonne cause).
Il est certain que cela ne résout pas le problème de fond, mais c'est un grand bol d'air.

Le problème de fond, une dépréciation profonde de ma personne, une image de moi dégueulasse, une impression de n'être capable de rien ... Une incertitude démentielle quant à une quelconque valeur, de quelconques capacités.
J'y travaille, lentement, parfois je m'effondre.

Je ne suis plus seule
J'avance
Quand j'ai des doutes, je les exprime
Et...
Je vais mieux


Edit:
Je précise que j'ai beaucoup moins d'EI que précédemment.
Par quel miracle? Je bois beaucoup moins d'une part, je suis probablement moins coincée dans l'image de moi d'autre part, qui me rendait hyper vigilante au moindre changement.
J'en ai bavé auparavant...
Actuellement, troubles de la vue accentués (strabisme notamment), "ramollissement" cognitif (mémoire, attention, difficulté à trouver les mots), ralentissement idéo-moteur...
Il faut éviter les rencontres entre 18h00 et 22h00
C'est supportable dans l'ensemble
Message édité 3 fois, dernière édition par Karo, Aujourd'hui, 2:37  

Début du TTT: le 12/12/16
Indifférence le 04 juillet 2017 à 210 mg.
Aujourd'hui environ 100 mg, à la recherche de la bonne dose pour ne plus être trop handicapée par les EI.

"Si haut qu'il peut grimper un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend en sens inverse, et réciproquement."
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
 
Avatar de martha
  • Messages : 6091
  • Inscrit : 05 Mai 2012
  Lien vers ce message Aujourd'hui, 4:01
ma tite KARO,


je viens de lire ton dernier post

perso, fatigue, soucis, plus envie de remonter


mais ton post est vraiment porteur d'espoir,

surtout pour toi et aussi pour d'autres


tu fais preuve d'un grande lucidité

bises mon grand félin :fsb2_smile:
 
Avatar de ganesh58
  • Age : 56 ans
  • Messages : 348
  • Inscrit : 13 Décembre 2016
  Lien vers ce message Aujourd'hui, 9:36
Coucou Karo, une petite bise en passant.

Toujours aussi brillantes tes interventions...Je suis admiratif !

Coté alcool ça progresse bien quand même, super!

Pour le reste..., encore pas facile, des projets ? courage !


Début du traitement le 13/12/2016
Indifférence à 60mg/j au bout d'un mois en ciblant 20à12h/20à14h/20à16h
Monté jusqu'à 90mg/j
Aujourdhui à 40mg/j
" Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple." Jacques PRÉVERT
 
Répondre Remonter en haut de la page




forum baclofene